Les ponts couverts au Saguenay—Lac-Saint-Jean

Au Québec, le phénomène des ponts couverts est indissociable de l’histoire de l’ouverture des régions à la colonisation. Ces ouvrages en bois étaient un lieu de passage primordial entre les nombreuses colonies dispersées sur un vaste territoire. Historiquement, le Saguenay—Lac-Saint-Jean a déjà compté plusieurs ponts couverts. Presque disparue aujourd’hui, l’infrastructure demeure toujours un exemple de savoir-faire et d’adaptation à son environnement.

Arvida, une cité moderne

Au cours de son histoire, la région du Saguenay―Lac-Saint-Jean a été témoin de la création d’une dizaine de villes industrielles. Érigées en quelques années sur ce qui était autrefois un champ agricole, elles sont le résultat concerté d’ingénieurs et d’architectes demeurant souvent à des milliers de kilomètres de l’endroit. Étudiant sur papiers toutes les composantes de la future ville, ils sont les concepteurs des usines et les penseurs du confort de la population. Propriétaire de la ville, la compagnie dirige la propriété foncière, organise les services publics, structure les loisirs, s’implique activement dans la politique municipale et loue les maisons aux employés. Elle fait même l’entretien des résidences et des terrains dont elle est propriétaire en plus de veiller à l’aménagement paysager pendant l’été.

Les inondations du Saguenay de juillet 1996

Le 19 juillet 1996, pendant plus de 50 heures une pluie abondante se déverse sur la région du Saguenay—Lac-Saint-Jean. En trois jours, le gonflement des eaux transforme la biophysique des forêts, des sols, des nappes phréatiques, des lacs et des rivières. Du même coup, il détruit les structures et les établissements résidentiels, commerciaux, récréatifs, agricoles, industriels et urbains situés près des cours d’eau ou dans les plaines d’inondation.

Le 11 juin, c’est la fête du Saguenay—Lac-Saint- Jean

Le 29 juin 1924, une foule nombreuse assiste à l’inauguration du monument des Vingt-et-Un à La Baie. Organisé par l’abbé Alexandre Maltais, l’évènement vise à souligner le courage, la ténacité et la ferveur des premiers colonisateurs de la région. Pour l’occasion, une grande fête est organisée autour du nouveau monument avec une messe et un banquet. Quelques années plus tard (probablement en 1929), Le Semeur, œuvre du statuaire Carlo Petrucci, est ajouté sur le faîte du monument.

Le grand feu du 19 mai 1870

En 1870, la colonisation de la région du Saguenay—Lac-Saint-Jean est assez récente, elle date de 1838 pour le Saguenay et de 1849 pour le Lac-Saint-Jean. Elle est principalement marquée par l’agriculture et la coupe du bois, qui enclavent alors profondément la structuration de l’économie régionale. Au milieu du 19e siècle, le Lac-Saint-Jean est au cœur…

Le glissement de terrain de Saint-Jean-Vianney

La soirée du mardi 4 mai 1971 s’annonce paisible, malgré la présentation à la télévision du premier match de la finale de la coupe Stanley entre les Canadiens de Montréal et les Blackhawks de Chicago. À Saint-Jean-Vianney, plusieurs personnes se préparent pour regarder la partie, d’autres partent pour le quart de minuit à l’usine Alcan…

Les débuts du tourisme au Saguenay-Lac-Saint-Jean (1822-1852)

Les premiers touristes En 1822, un bateau à vapeur nommé Le Montagnais remonte la rivière Saguenay jusqu’à Chicoutimi. À cette époque lointaine de notre histoire, Chicoutimi n’est qu’un poste avancé pour la traite des fourrures dans les postes du roi. Relatant cette remontée, le journal Le Canadien écrit dans son édition du 6 novembre 1822:…