Les micro-roulottes: une autre façon de voir l’été

Elles attirent tous les regards sur les campings du Saguenay—Lac-Saint-Jean et d’ailleurs… Suscitent la curiosité… Provoquent des réactions qui vont de l’étonnement au ravissement ou de la convoitise à l’incompréhension. Les micro-roulottes ultralégères T@B ne laissent personne indifférent et leurs adeptes inconditionnels forment désormais une petite communauté grégaire.

micro-roulotte-slsj
Céline Savard finalise son installation au Camping de la Dam-en-Terre.
Rendez-vous au Camping Dam-en-terre

Les propriétaires de T@B se donnent rendez-vous à chaque début de saison. Le printemps dernier, ils ont décidé de s’éloigner quelque peu des grands centres pour pousser l’aventure jusqu’au Lac-Saint-Jean. C’est au très populaire Camping La Dam-en-Terre d’Alma, sur les rives de la Grande-Décharge du Piékouagami, qu’une cinquantaine d’inconditionnels se sont retrouvés durant les trois jours du long congé de la Fête des Patriotes. Et de quoi ça parle des propriétaires de T@B quand ça se rencontre? De voyage naturellement! Mais aussi beaucoup de patentage, de bizounnage et de zigonnage! Mille et un trucs et aménagements pour maximiser l’espace, la logeabilité, la durabilité et l’autonomie de ces petites maisonnettes sur roues. Le phénomène apparaît très proche de la Westfaliamanie qui sévit depuis l’ère hippie. Et, dans ce cas-ci, plusieurs d’entre eux découvraient la région du Lac-Saint-Jean pour la première fois.

micro-roulottes
Les micro-roulottes gagnent en popularité.
C’est quoi une Micro-roulotte t@B?

Si vous vous promenez un peu, vous devriez les avoir remarquées, avec leurs couleurs criardes et leur forme exclusive. Reprenons ici la définition de leur fabricant, l’entreprise Little Guy Trailers, de San Diego, dans le Guide VR de mars 2014.

« La roulotte T@B ne ressemble à aucune autre roulotte légère. Elle s’inspire de la Teardrop originale mais amène le concept à un autre niveau en y ajoutant des couleurs voyantes, un dégagement à la tête, des lignes fluides et plusieurs équipements et accessoires. Tout ça en gardant le poids sous la barre des 2000 lb, ce qu’aucune autre roulotte du même genre ne réussit à offrir. Depuis son arrivée sur le marché en 2003 la T@B a fait tourner bien des têtes et engendré des passions. Quand en 2009 la fabrication a cessé, immédiatement la demande pour le retour de la T@B s’est imposée et en 2011 nous avons répondu à l’appel. »

Les organisateurs du rassemblement des T@B

Alma

Micro-roulottes
Céline Savard et Luc Boulay sont des Bleuets convaincus des charmes de leur région.

Les responsables du rassemblement d’Alma, Céline Savard et Luc Boulay, forment un couple de Bleuets convaincus, ardents promoteurs de leur région et mordus de camping depuis leur prime jeunesse. « Au début, nous nous sommes équipés d’une tente roulotte avec une grande cuisinette puis, avec l’âge, nous avons souhaité un peu plus de confort. C’est là que nous avons découvert les T@B puis réussi à trouver un modèle 2007 presque neuf que nous avons acquis. »

Liberté et facilité

Luc se rappelle cette sortie à Lac-Mégantic avec des marcheurs qui possédaient toutes sortes de VR et de roulottes. « Lorsque c’était le temps d’aller faire une randonnée, tout le monde cherchait quelqu’un qui avait de la place dans son auto, histoire de ne pas avoir à décamper. C’est d’abord la liberté de déplacement qui nous a attiré. Quant à l’espace, disons qu’il faut beaucoup s’aimer pour voyager avec une T@B. »

Pour Céline, la roulotte sert d’abord à remiser les choses et à dormir en tout confort. Pour le reste, la vie se déroule à l’extérieur.  Presque tous les propriétaires de T@B ont un abri adapté qui se fixe à la roulotte et si on fait un arrêt plus court, on ouvre l’auvent. Luc, quant à lui, souligne que ce genre d’équipement est facile à tracter. « Nous avons été chanceux de trouver une unité usagée à bon prix puisque les usagées ne restent pas longtemps sur le marché et trouvent preneur très rapidement. Le prix des neuves, qui sont beaucoup plus équipées, va en augmentant et s’avère quand même appréciable. »

Devenir des guides

Céline et Luc aiment voyager au Québec et ils ont exploré leur région systématiquement. Au point de se transformer en guides et conseillers lors du récent ralliement. Pour l’occasion, ils ont proposé à leurs invités une visite ornithologique commentée dans le Petit-Marais de Saint-Gédéon, qui sera naturellement suivie d’au arrêt à la Fromagerie Médard et, peut-être, à la Microbrasserie du Lac-Saint-Jean? Certains préféreront profiter de la Véloroute des Bleuets qui passe sur le camping.

Le couple apprécie également l’appartenance à un groupe qui partage des intérêts commun. « C’est super sympathique, » affirme Céline. « On partage nos expériences et nos trucs. Chacun participe et nous fait découvrir de nouvelles destinations, des équipements ou des façons de faire qui améliorent notre quotidien en camping. » Le groupe maintient un contact permanent grâce au forum de discussion « VR T@B Québec » où chacun intervient avec un surnom par lequel les membres s’identifient même lors de leurs rencontres.

Troubadour et Coquelicot

Micro-roulotte
Troubadour et sa conjointe Diane.

Personnage original et affable, Troubadour est aisément reconnaissable avec son accoutrement à l’Écossaise (il est aussi joueur de cornemuse) et sa barbe fournie. Initiateur du forum de discussion, Yves Chartrand, de Saint-Jérôme, est en quelque sorte, le cofondateur de ce club informel de campeurs avec son compagnon Coquelicot, ou Richard Lapointe, de Saint-Hyacinthe.

Coquelicot et sa conjointe Johanne
Coquelicot et sa conjointe Johanne.

Les deux sont des adeptes de camping de longue date et ont privilégié la tente roulotte et la tente au sol à leurs débuts. « À partir de l’expérience scout, j’ai continué de faire du camping avec mon épouse puis nos deux garçons, » explique Yves. « Nous avons aussi vécu une période de voyages en hôtel, ce qui nous incitait toujours à finir nos journées en milieu urbain. C’est lors d’un tour du Lac-Saint-Jean, il y a 30 ans, que je me suis dit que, si nous revenions au camping, nous pourrions sans doute profiter de sites naturels beaucoup plus intéressants où nous installer. »

Richard raconte que : « Après un moment d’interruption lorsque les enfants n’ont plus voulu suivre, nous avons repris le camping sous la tente jusqu’au jour où j’ai aperçu une roulotte T@B dans un camping. Le coup de foudre a été instantané. Nous avons appris à apprécier ce nouveau mode de camping en mêlant les plaisirs du plein air à ceux des activités sociales. Yves s’est joint à nous dès le départ et c’est alors, en 2010, que nous avons mis sur pied les rassemblements annuels et le forum sur le web. « Nous voulions améliorer notre sort en passant de la tente à la roulotte tout en continuant de voyager léger, » ajoute Yves. « La T@B a été la solution. »

À qui les micro-roulottes s’adressent

Y a-t-il un profil type du propriétaire de roulotte ultralégère? Selon nos deux comparses, la roulotte, malgré ses petites dimensions, représente une progression dans le statut des campeurs qui, pour la plupart, passent de la tente à la roulotte. Par contre, on compte chez les campeurs T@B des voyageurs de toutes tendances, à long cours ou au rayon d’action moins large, qui apprécient le fait de se déplacer facilement sans avoir recours à un gros véhicule tracteur.

DSC03089
Francis Lessard et Carole Brochu voyage petit mais avec toute la famille élargie.

Six en T@B

Le clan de Francis Lessard et Carole Brochu  a l’habitude de tout faire en famille. Autour de leur roulotte garée sur un emplacement de la Dam-en-Terre, on monte des tentes pour les enfants et leurs amis. On déploie la cuisinette et on s’installe à six sur le campement. Que du plaisir ! Le surnom de Francis est Novacom, comme son entreprise d’informatique qui emploie une bonne partie du clan. La famille élargie a pratiqué le camping sous la tente depuis toujours.

« Ce qui nous caractérise, c’est notre mobilité. Je ne suis pas du genre à m’installer quelque part pour longtemps. On aime bouger et on est à l’aise partout. La T@B me convenait d’autant plus que je pouvais garder ma Subaru à laquelle je suis très attaché. Avec l’agrandissement de la famille et comme tout le monde adore le camping, nous voyageons pas mal toujours à six, chacun gardant son autonomie avec deux autos, en ajoutant une tente ou en couchant dans la cuisinette. On doit être des parents cool parce que nos grands enfants nous suivent toujours!»

Daniel Picard, l’aventurier

DSC03085
Daniel Picard est l’aventurier du groupe.

Il donnait d’ailleurs une conférence le soir sur ses derniers périples aux États-Unis. Très impliqué en production télévisuelle, créateur du site RVanBee et auteur de l’ouvrage La Route des Premières Nations, le jeune Huron de Wendake dit avoir possédé une vingtaine de VR et de roulottes mais s’être converti à la T@B depuis deux ans. Il revendique plus de 700 000 km en VR sur les routes du continent depuis 1997. Il déplore toutefois les dépenses astronomiques en essence qu’il s’imposait auparavant.

« Aujourd’hui, j’ai complètement changé d’approche. Souvent, on arrive à quelque part avec la roulotte et la moto. On sort la tente et les sacs de couchage puis on s’engage encore plus loin sur les chemins en moto. Pour les gens qui bougent, la T@B est une alternative plus qu’intéressante. Personnellement, j’aime aller où les gens ne vont pas parce que c’est là que se trouve le plus beau. C’est ce qui m’a amené à faire le tour des communautés autochtones du Québec, dont Mashteuiatsh, et de publier un beau livre sur cette grande expérience. »

Décidément, les mordus de la T@B se démarquent sous maints aspects et cela semble bien loin de leur déplaire.

Micro-roulotte-T@B
L’inévitable photo de groupe des mordus de T@B.

 

Aventures terrestres Évènements En famille Nature et plein air

Laisser un commentaire