Les bleuets aussi profitent du temps des sucres

 

Qui dit printemps, dit temps des sucres! Activité familiale incontournable, la cabane à sucre reste un classique. Elle plaît autant aux enfants, qu’aux grands-parents en passant par les gourmands (catégorie à laquelle j’appartiens, vous l’aurez deviné!).

Contrairement à ma collègue blogueuse, Maryse, qui avoue ne pas aimer la tire d’érable dans son article « Ma prochaine partie d’sucre (sans tire d’érable)« , moi, j’en raffole! C’est donc avec grand plaisir que j’ai renoué avec ce rendez-vous annuel, que j’avais délaissé depuis les dernières années.

Puisque décemment je ne pouvais pas essayer toutes les cabanes à sucre en une saison, j’ai dû faire un choix parmi les cinq érablières présentes au Saguenay–Lac-Saint-Jean. J’ai basé ma sélection sur la liste de celles que j’avais déjà essayées et celles dont Maryse parlait dans son article. La gagnante fut la Cabane à sucre Rose & Roland Girard & fils située à Laterrière où je n’étais jamais allée.

Près de 4 000 entailles

Pour commencer, quand nous sommes arrivés, mes deux enfants, mon amie et moi, nous avons été accueillis par le propriétaire qui nous a fait visiter ses installations tout en nous expliquant comment ses fils et lui faisaient le sirop d’érable. C’était beau de voir à quel point il était fier! Il racontait que pendant la période des sucres, ils déménageaient à l’érablière, sa femme et lui, pour pouvoir s’en occuper. Avec près de 4 000 entailles, je comprends que c’est de l’occupation!

Un brunch à saveur d’érable (évidemment!)

Après la visite, il était temps de passer aux choses sérieuses : le brunch! Au menu, il y avait des saucisses dans le sirop, du jambon dans le sirop, des fèves au lard au sirop, des crêpes au sirop, de la tourtière (pas de sirop, mais avec le tas de sirop qu’il y avait sur les autres composantes de mon assiette, ma tourtière était finalement au sirop!), etc. Bref, un buffet pour tous les goûts, cuisiné dans la plus pure des traditions.

Après ce copieux repas, rien de mieux qu’un peu de tire sur la neige pour compléter ce festin à l’érable!

Mon garçon qui se régalait.
Mon garçon qui se régalait.

Plus qu’une cabane à sucre

Comme je le disais un peu plus haut, ça faisait quelques années que je n’étais pas allée dans une érablière. Dans mes souvenirs, on prenait le brunch, on sortait manger de la tire et on achetait notre sirop avant de repartir… mais pas chez Rose & Roland! Les enfants ont pu glisser dans un tunnel, se balancer au soleil et courir au travers des érables dans les nombreux sentiers.

Conseils d’usage

  • Habillez-vous chaudement, surtout les enfants, parce qu’il y a toujours un petit vent attribuable au fait qu’ils sont situés à flanc de montagne;
  • Apportez-vous de l’argent comptant parce qu’ils ne prennent pas les cartes de débit et crédit;
  • Assurez-vous d’avoir le ventre vide, pour pouvoir goûter à tout!

Ma liste de cabanes à visiter

Pour l’an prochain, j’aimerais bien essayer la Cabane à sucre chez Gervais à Albanel. Ou encore, L’Érablière au Sucre d’Or que j’ai déjà visitée quelques fois par le passé et qui a été rénovée depuis… mais, il me reste encore une année pour y penser!

En famille Gastronomie régionale Saveurs régionales Tourisme gourmand

Laisser un commentaire