Sentier de la Montagne Blanche / Le belvédère du fjord

On a tendance à l’appeler le sentier des Chutes mais, depuis plus de 30 ans, alors que le club de marche Les Randonneurs du Saguenay l’a ouvert, on le connaît maintenant comme le sentier de la Montagne Blanche.

Blanche, parce qu’au printemps, elle présente l’un des derniers sommets visibles du village de L’Anse-Saint-Jean à perdre son couvert nival. À l’inverse, elle s’enneige rapidement à la fin de l’automne.

L’Anse-Saint-Jean : Du fjord à la montagne (c) Charles-David Robitaille
L’Anse-Saint-Jean : Du fjord à la montagne (c) Charles-David Robitaille

Le sentier de la Montagne Blanche reste un joyau régional. D’abord, parce qu’il est le seul à offrir une perspective sur 360 degrés. Elle dévoile tous les sommets de la chaîne laurentienne qui bordent le fjord du Saguenay à des kilomètres à la ronde. Notre vue sur le fjord, à partir de son faîte, est assurément l’un des plus extraordinaires tableaux naturels qui puissent être admirés. Le regard porte sur un long et large corridor escarpé du Saguenay légendaire, jusqu’à l’île Saint-Louis et l’équerre de Sacré-Cœur, dominant magnifiquement toute la baie de L’Anse-Saint-Jean.

Un corridor gigantesque jusqu'à l'ile Saint-Louis.

Un bout d’histoire

Pour faire une histoire courte, le club de marche Les Randonneurs du Saguenay était à ses débuts (il aura 35 ans en 2017) le club de plein air de l’Université du Québec à Chicoutimi. Il comptait dans ses rangs quelques spécialistes de l’aménagement du territoire, capables de lire les dénivelés d’une carte topographique, avec une telle clairvoyance qu’ils pouvaient y tracer un sentier d’un jet sans trop avoir à faire de corrections une fois sur le terrain. Ce sont eux qui ont mis sur pied le projet d’un sentier de randonnée de 6,5 km grimpant sur le toit de la Montagne Blanche. Avec l’aide de la municipalité, ils l’ont repéré, tracé, défriché et balisé. N’oublions pas que c’était avant la création du parc national du fjord du Saguenay, qui englobe aujourd’hui une partie du sentier.

Durant les quelques années qui ont suivi, les Randonneurs ont fait la promotion de ce sentier exceptionnel. Ils ont régulièrement organisé des randonnées sur son tracé et le font encore. Ils ont aussi contribué à son entretien par des corvées annuelles, en collaboration avec la municipalité, qui a mis sur pied de nombreux programmes de travaux, permettant à des travailleurs de la place de s’impliquer dans l’entretien et l’amélioration des infrastructures. Finalement, le parc national du fjord du Saguenay s’est constitué et a intégré le sentier de la Montagne Blanche à son grand réseau pédestre qui couvre les deux rives du fjord.

Un bon défi

L’ascension débute dans le rang Saint-Thomas qui se situe sur la rive nord de la rivière Saint-Jean, approximativement entre les deux ponts. Vous partirez d’un endroit identifié par des panneaux « sentier des Chutes » et « montagne Blanche ». Vous y verrez une borne d’auto-perception installée au début du sentier, afin d’acquitter le droit d’accès au parc national du fjord du Saguenay. Après une grimpe en lacet de 1,5 km, on atteint la Grosse chute qu’on voit aussi déferler d’un peu partout dans le village, comme un long trait blanc vertical sur la falaise à nue. Bien des marcheurs se contentent de ce segment de sentier et redescendent après avoir admiré la chute. En hiver, cette section constitue une belle promenade en raquette. SVP, évitez tous les raccourcis créés par les marcheurs qui font les coins ronds. Non seulement sont-ils dangereux, mais ils provoquent une érosion extrêmement dommageable.

On atteint ensuite le haut de la chute où se trouve un belvédère donnant déjà une vue impressionnante sur la baie de L’Anse quoique la végétation commence à l’obstruer.

P1070092

Le sentier s’avance et monte à-travers un environnement forestier diversifié et quelques marais avant d’atteindre l’étang aux Eaux Mortes. Avant le sommet, on croise une autre petite chute très jolie avec son bassin, ainsi qu’une superbe muraille de granit au pied de laquelle roucoule le ruisseau.

P10
La large baie de L’Anse-Saint-Jean vue du sentier.
L’Anse-Saint-Jean : Du fjord à la montagne (c) Charles-David Robitaille
L’Anse-Saint-Jean : Du fjord à la montagne (c) Charles-David Robitaille
P11
Une pause bien méritée.
Rendu au sommet

Finalement, la dernière section est particulièrement escarpée, jusqu’à ce que se présente la taïga du sommet et la roche dénudée de la toundra sur les plus hauts points. L’endroit abonde de bleuets, de graines d’ours et d’airelles à partir de la mi-août. Et c’est là, après 6,5 km d’efforts soutenus, 570m de dénivelé, qu’on s’arrête pour pique-niquer, se désaltérer et contempler un des paysages les plus grandioses au Québec à partir du plus haut sommet accessible du parc. Fabuleux !

Notez que le sentier est fermé durant la période de la chasse à l’orignal, et qu’une bonne forme physique est requise. Le sentier étant classé 4 montagnes sur 5 par les Randonneurs du Saguenay.

Le sentier de la Montagne Blanche est également relié au sentier Les Caps, offrant une seconde alternative de 15 km à partir de l’Anse-de-Tabatière. Il faut alors laisser une voiture aux deux extrémités pour faire la navette.

Activités Aventures terrestres Nature et plein air

Laisser un commentaire