Les inondations du Saguenay de juillet 1996

Wikipédia
Wikipédia
La petite Maison Blanche
La petite Maison Blanche

Le 19 juillet 1996, pendant plus de 50 heures une pluie abondante se déverse sur la région du Saguenay—Lac-Saint-Jean. En trois jours, le gonflement des eaux transforme la biophysique des forêts, des sols, des nappes phréatiques, des lacs et des rivières. Du même coup, il détruit les structures et les établissements résidentiels, commerciaux, récréatifs, agricoles, industriels et urbains situés près des cours d’eau ou dans les plaines d’inondation.

 

Du côté météorologique, les pluies diluviennes proviennent d’une tempête de type tropical qui, par son énorme système couvrant une grande partie de l’Est de l’Amérique, s’enlise au-dessus de la réserve faunique des Laurentides. Cette convergence de systèmes dépressionnaires forme une grande spirale nuageuse appelée « virgule » et déverse sur un territoire très restreint de la réserve faunique des Laurentides jusqu’à 262 mm de pluie. Par ricochet, le versant sud du bassin du Saguenay reçoit des précipitations anormales de plus de 170 à 200 mm en 36 heures et de 250 mm en 48 heures, soit la pluie d’un mois en deux jours. Les sols se trouvent ainsi copieusement arrosés. Ces derniers ayant déjà absorber l’eau des pluies du 1er au 17 juillet, qui est déjà plus élevées que la moyenne mensuelle normalement enregistrée.

Crédit photo : Musée du Fjord de Saguenay
Crédit photo : Musée du Fjord de Saguenay

Une catastrophe se pointe alors à l’horizon! La situation oblige le gouvernement à appliquer la Loi sur la protection des personnes et des biens en cas de sinistre, tout en décrétant l’état d’urgence. Cette loi permet de débloquer immédiatement de l’aide financière afin d’aider les municipalités à s’occuper plus adéquatement du sinistre et des sinistrés. Tout d’abord, la pénurie d’eau potable et les pannes d’électricités sont les premiers effets tangibles de la tragédie. Dès le 20 juillet, les premiers rapports officiels font état de nombreux problèmes vécus par les municipalités : évacuation de la population de certains secteurs urbains, voies de transports rendues inutilisables, voire totalement détruites, ponts emportés et infrastructures routières menacées, organisation de centres d’hébergement. Les rapports subséquents mentionnent que des milliers de personnes ont dû être évacuées, qu’à la fin du mois de juillet presque 1 400 versements d’aide financière ont été effectués et plus de 400 résidences sont entièrement ou partiellement détruites, nécessitant par le fait même une évacuation de plus de 14 jours.

Du côté monétaire, les inondations de juillet 1996 représentent une somme de plusieurs centaines de millions de dollars en indemnisations, en reconstruction et en perte. Le 31 décembre 1996, l’évaluation préliminaire des engagements de reconstruction et d’indemnisation du gouvernement représente la somme de 220 176 517 $. Concernant les assurances, le Bureau d’assurance du Canada constate que la couverture d’assurance se chiffre approximativement à 212 458 256 $, en mai 1997, relativement aux évènements de juillet 1996. Pour leur part, les réclamations d’assurance des compagnies touchées par les inondations (Abitibi-Price, Cascade, Stone-Consol, Alcan et Hydro-Québec) représentent un total de près de 200 millions de dollars.

Crédit photo : Musée du Fjord de Saguenay
Crédit photo : Musée du Fjord de Saguenay

Les images des inondations de juillet 1996 — pour plusieurs personnes le « déluge » —ont fait le tour de la planète, surtout celle d’une « maison blanche » résistant aux courroux des eaux en furie de la rivière Chicoutimi. Pour les gens de l’extérieur de la région du Saguenay—Lac-Saint-Jean, les évènements et les images passent au gré de l’actualité. Tandis que pour ceux du Saguenay, l’après inondations est propice aux bilans et aux réflexions de toutes sortes. Au début du mois d’août 1996, les bilans provisoires faisaient état de pertes matérielles de près d’un milliard de dollars pour presque 500 résidences détruites, 1 200 endommagées et plus 16 000 personnes évacuées.

 

Culture et patrimoine Histoire du Saguenay-Lac-Saint-Jean Photo

Laisser un commentaire