Histoire : La force d’un peuple

Comme on dit : «l’union fait la force». Voici une partie de l’histoire des gens d’ici qui en s’unissant ont rassemblé leurs forces et ont scellé leurs liens. 

Premières nations

À leur arrivée, les Européens nomment les amérindiens « Montagnais » puisque la région du lac Saint-Jean se ceinture par une série de montagnes.  Entre eux, les Montagnais se nomment Ilnu (singulier) ou Ilunatsh (pluriel), ce qui signifie Homme(s); la « famille » qui habitait et habite encore la région du Saguenay—Lac-Saint-Jean avait le deuxième nom de Kakouchak ou porc-épic.

Le Piékuagami a longtemps été un lieu de rassemblement pour les multiples familles Ilnuatsh vivant dans les territoires du Nitassinan (rive du Saint-Laurent, du lac Saint-Jean jusqu’au Labrador et jusqu’à Sherfferville). Mashteuiatsh, le nom de la réserve amérindienne du lac Saint-Jean signifie « là où il y a une pointe ». Bien avant de devenir telle qu’on la connaît depuis 1856, cette pointe était pour les Ilunatsh un point de rassemblement et un lieu de passage très fréquenté. La communauté a porté différents noms au cours de son histoire : Ouiatchouan jusqu’à 1985 pour devenir ensuite Mashteuiatsh…par contre, le nom de Pointe-Bleue a longtemps été utilisé.

Rivalité ou complémentarité ?

Lorsque l’on parle de guerre de clochers au Saguenay—Lac-Saint-Jean, ce n’est pas seulement une expression populaire ou des rivalités administratives. Lors de la construction du presbytère et de l’Église de Saint-Félicien, les rumeurs vont bon train concernant la construction d’une cathédrale à Saint-Félicien. Le Vatican semble hésiter entre deux possibilités, soit Saint-Félicien et Chicoutimi. Les communautés du lac Saint-Jean comptent sur ces développements, car qui dit cathédrale et diocèse en 1870, parle d’agrandissements, de travail, de population. Finalement, la décision est prise en faveur de Chicoutimi. C’est donc en 1878 que le diocèse de Chicoutimi est officiellement en fonction. Ce choix a laissé un goût amer aux Jeannois pendant bien des années, les curés alimentant l’animosité.

Si vous passez à Saint-Félicien, regardez bien le presbytère, sa construction modeste a été pensée afin que des agrandissements et un étage supérieur puissent être ajoutés en prévision de devenir diocèse.

Avec le temps, la rivalité de clocher s’est transformée quelque peu. Une certaine tension peut parfois se faire sentir entre le Lac et le Saguenay mais nous nous considérons beaucoup plus comme complémentaires l’un et l’autre. Les terres fertiles du lac Saint-Jean procurent emploi et nourriture; son bassin hydrographique très important permet à plusieurs entreprises forestières d’y installer leur barrage hydroélectrique. Quant au Saguenay, possédant un grand centre urbain, les industries de transformation et de fabrication ont une place importante. De part et d’autres du territoire, l’eau et la forêt sont pourvoyeurs de ressources, d’emploi et de tourisme.

Éducation et gouvernement

Dans les années 60 au Québec, nous avons vu la structure du système d’éducation se modifier grandement. Les CÉGEP (Collèges d’Enseignement Général et Professionnel) voient le jour, ainsi que le réseau des Universités du Québec. Au Saguenay—Lac-Saint-Jean verront le jour 4 CÉGEP et 1 Université. Chaque établissement d’enseignement a la chance d’avoir des programmes uniques en région ou encore uniques au Québec. De plus, l’Université possède aujourd’hui des expertises bien spécifiques qui se démarquent des autres universités.

La restructuration du Québec n’est pas qu’au niveau de l’éducation, les gestions municipales et régionales voient aussi leurs mandats changés. Les développements économique et démographique font naître des Municipalités Régionales de Comté (MRC), des commissions scolaires et des fusions municipales. La dernière et plus importante, qui aura fait couler bien de l’encre en 2002, est celle des 3 plus grandes municipalités soit Jonquière, Chicoutimi, La Baie ainsi que 4 de leurs petites voisines soit Laterrière, Shipshaw, Lac Kénogami et Canton Tremblay. C’est maintenant sous l’appellation de Saguenay que l’on désigne la 6e ville plus importante du Québec.

Culture et patrimoine Histoire du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Laisser un commentaire