Histoire : Événements marquants de l’histoire du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Voici une liste des événements marquants de l’histoire du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Parfois tragiques, parfois heureux, ils ont permis de définir qui nous sommes aujourd’hui.

Le grand feu de 1870

Sur une distance de plus de 160 km et sur une superficie de 3900 km2, le Saguenay–Lac-Saint-Jean a brûlé des suites d’un feu qui prit naissance à Saint-Félicien. Le vent, en cette journée du 19 mai 1870, a propagé l’élément destructeur.  Suite à la tragédie, on a dénombré 555 familles sans logis et 146 avec des pertes importantes. S’étendant entre Saint-Félicien et la Baie des Ha! Ha!, ces 700 familles représentaient 30% de la population. Malgré cela, « seulement » 5 personnes perdirent la vie.

Le glissement de terrain à Saint-Jean-de-Vianney – 1971

La nuit du 4 mai 1971 nous a prouvé qu’il est important de prévoir le plan de développement urbain d’une ville. Le village de Saint-Jean-de-Vianney a été le lieu d’un terrible glissement de terrain qui a laissé un immense trou de 32 hectares. L’infiltration d’eau de pluie et le sol instable a eu raison d’une quarantaine de bâtiments et maisons et a entraîné dans la mort 31 personnes. Le village a été fermé et les citoyens restant ont été relocalisés.

Le déluge du Saguenay – 1996

Durant une fin de semaine du mois de juillet, des nuages gorgés de pluie surplombent la région du Saguenay. Entre le 19 et le 21 juillet, plus de 260 mm de pluie sont tombés (en 50 heures, soit 1 cm d’eau aux 2 heures). Cela a eu pour effet de faire déborder les réservoirs et barrages et d’inonder des quartiers et des villages entiers. On dénombre que 50 municipalités sont touchées de Lac Kénogami à L’Anse-Saint-Jean. Plus de 16 000 personnes ont été évacuées, 500 résidences sont complètement détruites et 1 200 autres sont gravement endommagées. Deux jeunes enfants ont trouvé la mort. Ils étaient coincés dans le sous-sol de leur résidence qui a été envahie par une avalanche de boue.

Les débuts du tourisme au Saguenay-Lac-Saint-Jean

En 1822, un bateau à vapeur nommé Le Montagnais remonte la rivière Saguenay jusqu’à Chicoutimi. À cette époque, Chicoutimi n’est qu’un poste avancé pour la traite des fourrures dans les postes du roi. Relatant cette remontée, le journal Le Canadien écrit dans son édition du 6 novembre 1822: « À une personne qui n’aurait d’autre objet en vue que son amusement, les bords de cette belle rivière [Saguenay], qui représentent la nature sous ses traits les plus sublimes et les plus romanesques, offrent des scènes charmantes […]. »

Culture et patrimoine Histoire du Saguenay-Lac-Saint-Jean

Laisser un commentaire