Le bleuet à toutes les sauces

Dans la capitale mondiale du bleuet, le petit fruit est un symbole touristique, un attrait du terroir, un moteur économique et, surtout, un pur régal qu’on apprête à toutes les sauces.

Enrobé dans le chocolat noir et habillé de sa boîte bleue, le bleuet devient un ambassadeur régional et une véritable bénédiction. Je me suis rendu au monastère des Trappistes de Dolbeau-Mistassini pour rencontrer le Père Clément, qui m’a longuement parlé de chocolat mais, aussi, de la vocation d’accueil du monastère cistercien. Effectivement, le monastère, qui se trouve sur la route de Saint-Eugène, accueille plusieurs voyageurs qui sont à la recherche de calme et de recueillement. « Pour certains, il s’agit d’une démarche religieuse mais nous ne posons pas de question à personne et tout le monde est bienvenue, peu importe ses croyances. » Qu’ils viennent simplement pour vraiment décrocher, pour une introspection personnelle ou pour avoir la paix, on propose aux visiteurs des chambres simples et doubles, sobres mais agréables, trois repas par jour pris dans le silence et une ambiance de recueillement qui n’exclut pas le recours à la parole. Les gens peuvent profiter du terrain magnifique, aller et venir à leur guise et participer aux offices s’ils le désirent. Et le chocolat dans tout ça. « Partout dans le monde, les moines doivent subvenir à leur besoin et nous avons eu recours aux produits agroalimentaires depuis des siècles. En Belgique, les bières Trappistes sont très réputées. Le fromage d’Oka est apprécié de tous. Et lorsque le chocolat aux bleuets arrive dans les marchés du Québec, c’est la fête chez les gourmands. On le vend en saison à la petite boutique du monastère, avec plein d’autres produits, et partout au Québec. Lorsque j’ai demandé au Père Clément si les moines ne sont pas un peu épicuriens à quelque part…? Le Supérieur a rougi sans répondre.

La Magie du Sous-Bois

Autre endroit où l’on célèbre le bleuet et la nature, c’est la bleuetière La Magie du Sous-Bois menée de main de maître par les sœurs Lucina et Mariette Beaudet. Sur la ferme ancestrale, Lucina s’occupe de l’immense bleuetière et des autres cultures, dont celle singulière de l’amélanchier que certains appellent la poire sauvage. Mariette, quant elle, s’occupe de la transformation en développant et en commercialisant une large gamme de produits savoureux : coulis, confitures, compotes au bleuet, framboise et amélanchier, et autres petits pots plus délicieux les uns que les autres. Parce qu’elles aiment le monde, les sœurs Beaudet ont ouvert un petit gîte de deux chambres mais, surtout, elles ont systématiquement aménagé tout l’immense territoire qu’elles possèdent pour en faire un incroyable centre d’interprétation du bleuet et de la forêt boréale. On y fait l’auto-cueillette et on randonne sur une dizaine de km de sentiers où toutes les plantes, les arbres et les fleurs sont identifiés. Il fallait voir hier les magnifiques trilles blancs et ondulés ainsi que les champs de plants de bleuets qui croulent sous les fleurs. La saison s’annonce bonne et La Magie du Sous-Bois recevra encore des touristes d’ici et de partout dans le monde qui viendront découvrir notre forêt, nos bleuets et ce qu’on peut en faire de mieux. Essayez le confit d’oignons à l’amélanche et vous m’en donnerez des nouvelles.

Vauvert

J’ai terminé ma journée au centre Vauvert sur le lac Saint-Jean, pensant profiter de la chaleur pour planter mes orteils dans le sable blond de la plage de 7 km de longueur. Mais le temps a changé du tout au tout et est devenu vilain. Mais quelle ne fut pas ma surprise de découvrir un chantier bourdonnant avec une armée de travailleurs au branle bas général. On déroule le gazon, trace des sentiers, finit une passerelle, nettoie, plante, bulldoze et construit. On vient de terminer de superbes chalets doubles en surplomb sur le lac et on inaugurera cet été un grand camping dont les installations s’annoncent impressionnantes. Les nouveaux responsables du chalet mettent leur longue expérience au service de la relance du restaurant, proposent des brunchs dominicaux déjà populaires, du théâtre d’été et nombre d’activités qui feront de Vauvert l’un des points chauds sur le lac dans les semaines qui viennent.

Gastronomie régionale Hébergements Saveurs régionales

Un commentaire Ajoutez le votre

  1. Cette lecture m a semble trop courte, je vous remercie pour ce regale passe sur votre page.

Laisser un commentaire