La vraie histoire avec le vrai monde

Je l’avoue, je ne m’attendais à rien de spécial en m’arrêtant au Moulin des Pionniers de La Doré hier. Mais je suis littéralement tombé sous le charme et j’ai tout de suite compris pourquoi.

Le Moulin des Pionniers n’est pas un attrait touristique majeur. Le site n’impressionne pas par ses infrastructures ou ses équipements. Il ne jette pas de poudre aux yeux. Sa valeur et son intérêt tiennent à la dimension humaine incomparable de son animation et à son grand réalisme historique. À cela s’ajoute l’incroyable et touchante mobilisation des aînés de La Doré qui ont réussi à établir un lien véritable entre le temps passé et aujourd’hui. Entre les jeunes et eux. On y vient à la rencontre de la vraie histoire, racontée par le vrai monde qui l’a vécu. Pour les touristes, pour les jeunes, pour les Européens, tout cela tient du fabuleux. C’est comme de voir s’animer devant soi les personnages de

Un moulin et son histoire

Au cœur du Moulin des Pionniers : un vieux moulin à scie qui tourne depuis 1889, entraîné par la puissance hydraulique de la rivière aux Saumons. Son atelier, sa forge, son moulin à farine, sa génératrice, tout fonctionne comme dans le temps, sur l’emplacement d’origine. C’est un personnage pittoresque et authentique, William, qui nous en explique le fonctionnement avec fébrilité, plein d’une passion communicative, avec une connaissance encyclopédique de la technologie du 19e siècle. Monsieur Gonzague tient le même rôle depuis plusieurs années et est tout autant criant de vérité.

Ensuite, Chez Marie, c’est la maison ancestrale des Savard dont la salle à manger accueille encore les visiteurs comme autrefois la famille et sa nuée d’enfants. Marie les reçoit comme une généreuse grand-mère québécoise et les nourrit de bon ragoût, de pâté et de tourtière ou de choses plus digestes pour les estomacs délicats.

Chez Marie, les gens rencontrent aussi Madame Normande Dallaire et les aînés de La Doré qui participent à son magnifique projet « Les Pionniers au Moulin ». Fidèle au Moulin depuis sa création, elle a participé à une initiative nommée « La brèche dans le temps » qui permettait aux élèves de l’école locale de recevoir des lettres manuscrites datant du début du 20e siècle et d’y répondre. Les aînés en costume d’époque lisent ses lettres aux visiteurs et en discutent avec eux en faisant le lien entre des époques qu’ils ont connues. La magie et l’émotion s’installent à coup sûr.

Même chose avec Ti-Tur, Arthur le Draveur, qui amène « ses » visiteurs de l’autre côté de la rivière pour leur raconter une autre page d’histoire, celle des travailleurs forestiers, des gardiens de tour à feu et des draveurs. Il y met tout son cœur et c’est un bonheur d’entrer dans son univers.

J’ai aussi découvert une charmante auberge sur le site : La nuit boréale. Des grandes chambres décorées avec goût, large balcon, Internet et boiseries provenant du Moulin.

Vers Saint-Thomas-Didyme

Je me suis ensuite dirigé vers Saint-Thomas-Didyme et le lac à Jim en empruntant la route qui relie La Doré et Normandin, avec son fameux pont qui enjambe la rivière Ashuapmushuan et ses belvédères spectaculaires sur la Petite-chute-à-l’Ours. De Normandin à Saint-Thomas, le chemin Dédé-Fortin a été tracé à la règle dans cette splendide plaine agricole du Haut-du-Lac. En finale, le Complexe touristique du Lac-à-Jim vit une renaissance après avoir été repris en main par la communauté. On y trouve un camping agréable, des petits chalets en location et un restaurant. Mais, surtout, un lac extraordinaire, la pêche à l’ouananiche, la plage de sable fin et un immense potentiel de loisir nautique. La vie continue et l’avenir s’annonce prometteur.

Activités Culture et patrimoine Hébergements Restaurants

2 commentaires Ajoutez le votre

  1. Bonjour Yves,

    J’ai bien aimé ta brève description du Moulin des Pionniers. Il y a 5 ans, j’ai organisé des retrouvailles pour d’anciens compagnons et compagnes de travail et c’est à cet endroit que nous avions renoué avec une quarantaine d’entre eux. Tout simplement magnifique. Plus tard, j’ai eu l’occasion d’organiser un rassemblement de la FQCC à La Doré et jamais je n’oublierai l’accueil et l’empressement des gens et des autorités de ce petit village malheureusement peu connu des régionaux et touristes « étrangers ».

    Je te souhaite une bonne « Grande virée » et te lirai avec plaisir tout au cours de ton périple.

    Ciao!

    Gilbert

    1. Yves Ouellet dit :

      Merci de ton commentaire Gilbert et merci de me suivre dans mon périple. C’est vrai que les gens de La Dorée et, tout spécialement, ceux du Moulin des Pionniers sont vraiment irrésistibles. Bonne saison de camping mon cher.
      Au plaisir
      Yves

Laisser un commentaire