L’UPA et la motoneige

L’hiver s’annonce à nous et avec la neige s’ouvrira une nouvelle saison de motoneige.  De toutes les régions du Québec, le Saguenay-Lac-Saint-Jean dispose de l’un des réseaux de sentier motoneige les plus importants et les plus reconnus de la province. Le pays des GÉANTS est aussi une importante région agricole.  Or, un réseau de sentier aussi important ne peut exister sans les droits de passage sur les terres agricoles qu’octroient chaque année les agriculteurs aux différents clubs motoneige de la région. C’est ce qui explique que la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec (FCMQ) et l‘Union des producteur agricole (UPA) sont étroitement liées l’une à l’autre.

Actuellement, l’UPA et les nombreux agriculteurs qui en sont membre traverse une crise qu’il n’est par contre pas du mandat de l’Association touristique régionale (ATR) de commenter mais dont vous pouvez prendre connaissance ici et ici.  Or, afin de faire avancer leur cause ou à tout le moins de trouver une solution qui permettra de leur redonner le sourire, les agriculteurs du Québec ont décidés de passer aux actes. L’un des moyens de pression mis de l’avant est celui de refuser aux motoneigistes l’accès à leurs terres agricoles.  À ce jour,  les cellules régionales de l’UPA Abitibi-Témiscamingue et Saguenay-Lac-Saint-Jean sont les seules a avoir mis en application ce blocus qui a pour effet de mettre en péril la pratique de la motoneige l’hiver au cours de l’hiver qui vient.

 

Pour le conseil d’administration de l’ATR, une conclusion rapide doit être trouvée, car tant au niveau agricole, partie prenante de l’économie régionale, que récréotouristique les effets de cette crise peuvent nuire aux efforts investis à ce jour. Annuellement, la pratique de la motoneige amène des retombées régionales d’environ 50 à 55 millions de dollars, et ce, pour un réseau de sentier de plus de 3 300 km et une saison qui s’étend sur six mois d’enneigement. Du côté agricole, les retombées économiques concernent plus de 1 200 fermes pour une production agricole représentant 4 % du PIB québécois (Source – MAPAQ). Comme l’affirme le président de l’ATR, Éric Larouche, « le monde agricole et l’industrie touristique jouent tout deux un rôle majeur dans l’économie de la région et dans l’ensemble du Québec, et il importe de voir à maintenir la force de chacun».

Conséquemment, le 7 octobre prochain l’Association touristique participera en compagnie d’autres intervenants régionaux à une rencontre afin d’identifier des pistes de solutions efficaces et durables. Entre-temps, l’ATR poursuit ses actions promotionnelles afin de s’assurer que les motoneigistes soient bien informées de la situation.

Aventures terrestres Motoneige Plaisirs d'hiver

Laisser un commentaire