Du vent dans les rayons et de la nature plein les yeux

 

Véloroute 2 : Sainte-Monique à Normandin
Du vent dans les rayons et de la nature plein les yeux
De Péribonka jusqu’à Normandin, c’est le Lac-Saint-Jean agricole que la Véloroute nous fait découvrir. La plaine verdoyante, les rangs de patates, le foin frais coupé et les grandes fermes laitières. C’est l’autre Lac-Saint-Jean…

Si ce n’était de ce maudit vent de fou qui nous a repoussés sans relâche, la journée aurait été parfaite. Heureusement, les ambassadeurs de la Véloroute ont largement compensé le désagrément naturel incontrôlable. Parce que la Véloroute a son escouade d’anges gardiens. Ils sont près de 70 au total à sillonner le circuit avec leur chandail rouge et leur sourire. Ces bénévoles sont là pour sécuriser les cyclistes, les dépanner au besoin et informer les visiteurs. Une dizaine d’entre eux m’ont accompagné en alternance hier, réussissant à me faire oublier le vent rageur. Leur bonne humeur, leur amabilité, leur générosité et leur amour de la Véloroute les rendent hyper sympathique. Ils salut tous les cyclistes qu’ils croisent et contribuent à rendre la Véloroute encore plus belle.

Quant au segment de circuit que j’ai fait, on y retrouve de tout. Beaucoup d’accotement routier dans le décor de la rivière Péribonka ou de la campagne du Haut-du-Lac. Des petites routes tranquilles, comme vers Sainte-Jeanne-d’Arc, avec sa chute et son vieux moulin ainsi que ce ce terrain décoré de virevents faits avec les anciens vélos des enfants, un endroit que j’ai redécouvert avec ravissement. On traverse ensuite un grand bout de piste en forêt très agréable jusqu’à Dolbeau-Mistassini. La piste cyclable nous fait d’ailleurs voir de très beaux quartiers de la ville, la magnifique chute des Pères et la fameuse nouvelle passerelle. Puis on se dirige vers Albanel et Normandin où je me suis arrêté au camping de la Chute-à-l’Ours dont je vous reparlerai demain.

 

 

Du nouveau et du mieux
La popularité de la Véloroute des Bleuets oblige ses administrateurs à accélérer son amélioration et son expansion. C’est ainsi que, cette année, on augmente de façon appréciable le nombre de kilomètres de pistes asphaltés tout en ajoutant de nouveaux segments.
La chaussée de la portion entre Mashteuiatsh et la marine de Saint-Prime ainsi que la section entre Desbiens et Métabetchouan est nouvellement goudronnée. De plus, des pistes asphaltées sont réalisées entre Saint-Félicien et la marina de Saint-Prime. D’autre part, à Saint-Félicien, les cyclistes ne côtoient plus les fardiers sur la portion de 4,5 km de l’usine SFK Pâte jusqu’à la fin de la route Saint-Eusèbe puisqu’une section de piste longe désormais la route. On a amorcé

la prolongation du circuit du côté de Normandin, de Saint-Henri-de-Taillon et d’Albanel mais, l’attrait qui retiendra sans doute l’attention cette année est la superbe passerelle à hauban de Dolbeau-Mistassini.
Des records à abattre
Dans ce contexte, on compte bien dépasser cette année le nombre record d’usagers à avoir fréquenté la Véloroute des Bleuets en 2009 qui est de 228 000. La proportion d’utilisateurs provenant de la région est de 55 %, ce qui dénote un engouement certain de la part de la population régionale. L’organisation souhaite toutefois accroître la fréquentation des visiteurs étrangers et la porter de près de 14 000 à 20 000 en 2015.
Info : www.veloroute-bleuets.qc.ca / 418 668-4541 /  1 866 550-4541

Activités Aventures terrestres Itinéraires et circuits Nature et plein air

Laisser un commentaire