Blogue officiel Tourisme Saguenay-Lac-St-Jean

BlogueLe Saguenay-Lac-Saint-Jean est une région vaste qui dispose d’une offre touristique très variée. Afin de vous aider à planifier vos vacances, l’équipe du blogue des Géants cherchera à vous informer sur les toutes dernières nouveautés, nos bonnes adresses et sur les personnes qui feront de votre prochain séjour chez-nous un succès. Sans compter que vous en apprendrez sur le milieu touristique, son fonctionnement et ses secrets. Une mine d’information provenant d’une équipe d’expérience, voilà ce que nous avons à offrir.

Incursion dans la pouponnière du Zoo sauvage de Saint-Félicien!

Une pouponnière accessible à tous

1

Saviez-vous que depuis un peu plus d’un an, le Zoo sauvage de Saint-Félicien vous ouvre les portes de sa toute nouvelle pouponnière animale? En plus d’avoir la chance de côtoyer de près les bébés animaux dans ce bâtiment neuf, vous pouvez aussi voir et vous informer sur les soins qui leur sont prodigués à la clinique vétérinaire.

L’idée de base est de mettre à l’avant-scène ce qui se passe à l’arrière-scène pour faire vivre une expérience complète au visiteur. Il est donc possible pour vous d’assister à cette prise en charge des animaux qui se fait dans le but de les réhabiliter, et ce, même si leur mère n’a pu prendre soin d’eux pour différentes raisons.

Pour vous donner un portrait juste, voici quelques animaux qui se trouvent présentement dans la pouponnière : un bébé bison, un agneau, des écureuils roux, quelques lièvres, des canards, une marmotte ainsi qu’un vison. Mais ce n’est pas tout, en plus de tous ces animaux si adorables, d’autres animaux peuvent s’ajoutent au fil des semaines puisque la pouponnière accueille aussi des animaux orphelins de l’extérieur.

2

Une technicienne animale est sur place pour répondre aux questions.

D’ailleurs, vous verrez sur chacun des enclos, la raison de leur séjour à la pouponnière, leur nom, d’où ils arrivent et le temps estimés avant qu’ils puissent retourner dans leurs habitats respectifs. Une technicienne animale est aussi sur place pour répondre aux questions de tous, ce qui ajoute considérablement à l’expérience.

Finalement, prenez note que l’hiver, la pouponnière devient l’habitat de prédilection pour tous les animaux qui ne peuvent rester à l’extérieur, comme par exemple, les oiseaux migrateurs. Bien qu’elle ne soit pas accessible au public lors de cette saison, sachez qu’elle est tout de même utilisée à son plein potentiel tout au long de l’année. C’est ce qu’on appelle un Win-Win!

Baby-boom au Zoo

3

Il faut aussi savoir que de nombreuses familles d’animaux du zoo agrandissent la marmaille tout au long de l’année! C’est d’ailleurs le cas des bisons, des bœufs musqués, des wapitis, des cerfs de Virginie, des mouflons d’Amérique, des cougars, des dindonneaux, des castors, des porcs-épics, des chameaux, des yanghirs et j’en passe! Ça en fait des petits nouveaux à venir admirer avec votre propre marmaille dans les sentiers de cet environnement sauvage.

Et ça, c’est sans oublier la grande famille de macaque japonais qui vient d’accueillir 2 petits nouveaux dans leurs clans en plus des 2 adolescents qui sont arrivés en 2015! Ce n’est pas l’action qui manque dans cet habitat où ça bouge constamment!

Fait intéressant, saviez-vous qu’à part l’homme, le macaque est l’espèce de primate qui s’adapte le mieux aux conditions nordiques de la Boréalie?

Alors voilà, bonne visite! Collectez de précieux souvenirs avec vos proches et essayez de ne pas trop flancher devant cette avalanche de cuteness! (bien qu’on ne puisse rien vous garantir!)

Être au bon endroit, être ambassadeur du Saguenay–Lac-Saint-Jean

La famille Gagnon - Ambassadeurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean

La famille Gagnon – Ambassadeurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean

On change, on évolue, on réoriente nos vies et là on se dit: « Voilà, j’y suis, à la bonne place dans ma vie. Sur mon x comme on dit. Au bon endroit, avec les bonnes personnes. À faire ce que je voulais faire, ce que je voulais être. » Mon nom est Karyne Gagné, je suis photographe professionnelle et j’ai 37 ans. Depuis peu, j’ai aussi la joie d’être devenue, avec toute ma petite famille, ambassadeur du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Lorsque j’avais 16 ans, une grande carte du monde décorait majestueusement le mur de ma chambre. Je rêvais d’y épingler les nombreux pays que je visiterais, sac au dos, sourire aux lèvres. Quelques années et plusieurs voyages plus tard, je rencontrais Martin, l’homme de ma vie, celui qui me ferait vivre la plus grande aventure : celle de fonder notre famille.

Trois enfants sont venus égayer notre quotidien : Élisabeth, François et Marie-Andrée. Ils ont aujourd’hui 11, 8 et 7 ans. Les quelques années de sédentarisation que la parentalité implique ont tôt fait de me rappeler que le monde m’attendait. Nous avons trotté sur le globe. Je ne m’en doutais pas à ce moment, mais l’ailleurs dont j’avais tant rêvé n’était pas aussi loin que je le croyais. Après chaque pays visité, nous revenions au Québec en appréciant davantage la beauté de chez nous. Une prise de conscience s’est faite graduellement : notre pays est définitivement l’un des plus beaux du monde. La démesure de nos paysages nous laisse pantois et admiratifs. Et dans ce pays, une région du Québec nous habite particulièrement : le Saguenay–Lac-Saint-Jean, que nous n’avons de cesse de découvrir et de redécouvrir. Un attachement que nous cherchons toujours à transmettre.

« Recherche famille d’ambassadeurs pour le Saguenay–Lac-Saint-Jean » c’est suite à cette annonce que j’ai posé notre candidature familiale. Parce que je trouvais que chacun des critères énoncés me parlait personnellement. Parce que lorsque j’en ai parlé aux enfants, ils ont crié unanimement le « Oui ! » que j’attendais. Notre région on fait plus que l’aimer, on la goûte, on la sent…on la vit! C’est donc avec un enthousiasme aussi grand que notre Lac que nous avons sauté dans notre prochaine aventure, celle d’être une famille d’ambassadeurs.

Première étape de notre grand rôle, la visite de plusieurs attractions majeures du Saguenay–Lac-Saint-Jean, visites doublées d’un tournage afin de transmettre l’essence de notre expérience. Que de joies et de nouveautés nous avons vécues! Une semaine plus grande que nature. À saisir autant l’essence de la région que notre essence personnelle. À voir mes enfants dans leur beauté, leur limite, leur sensibilité.

Village historique de Val-Jalbert

Village historique de Val-Jalbert

Au Village historique de Val-Jalbert, nous avons vécu un véritable retour dans le passé. Les personnages présents sur les lieux réussissent à nous imprégner de l’esprit d’antan et à nous faire vivre l’Histoire. Cette année, avec la crue exceptionnelle du printemps, la chute était des plus imposantes, nous renvoyant l’image de notre fragilité. Marie-Andrée a pleuré en quittant les lieux. Elle ne voulait plus partir, complètement hypnotisée par cette force de la nature. J’étais émue devant la sensibilité de ma petite fille. Jamais je ne l’avais vue dans cet état.

Via Ferrata au Parc Aventures Cap Jaseux

Via Ferrata au Parc Aventures Cap Jaseux

Au Parc Aventures Cap Jaseux, c’est moi qui ai vécu une grande expérience. Cela faisait longtemps que je voulais faire le trajet de la Via Ferrata, mais entre dépassement de soi et fierté, je ne me doutais pas de l’intensité de ce qui m’attendait. J’ai toujours su que j’avais peur des hauteurs, mais je sous-estimais ce qu’elles provoqueraient chez moi. La première partie allait très bien, mais arrivée au seuil critique de la deuxième, là où la paroi rocheuse est la plus verticale, mes jambes ont refusé d’avancer. J’étais paralysée par la peur. Notre guide a su être patiente et me donner le temps de m’adapter et de prendre davantage confiance en l’équipement. À regarder ma belle Élisabeth foncer sans aucune crainte et avec grande confiance, j’ai acquis la force et le courage de me dépasser pour aller la rejoindre. Comme elle m’a impressionnée à ce moment! Je l’ai trouvée belle dans son absence de peur, à la voir foncer et réussir sans aucun problème cette activité. Nous avons tous vécu notre moment de vulnérabilité pendant ce périple. Mais si celui-ci est accueilli à bras ouverts et accepté tel qu’il est, stimulant, unique, alors il nous fait grandir.

Zoo sauvage de Saint-Félicien

Zoo sauvage de Saint-Félicien

Au Zoo sauvage de Saint-Félicien, l’ours polaire a émerveillé notre petit garçon. Cet animal est si majestueux qu’on le contemplerait sans fin. Martin s’est laissé attendrir par le cœur sensible de notre François. Père et fils ont vécu un magnifique moment de partage ensemble. Peut-on vraiment rester insensible en passant une journée au zoo avec nos enfants? Je ne crois pas. Tous les enfants y trouvent leur compte et les parents y retrouvent leur cœur d’enfants!

Je m’arrête ici, mais je pourrais vous en raconter encore bien davantage : les yeux brillants de Marie-Andrée au Parc Mille Lieux de la colline, la beauté d’un fjord traversé en navette maritime… Dans un prochain billet? Je terminerai en disant qu’on oublie parfois que la nature peut nous éblouir à ce point. Le Saguenay–Lac-Saint-Jean, c’est le pays des GÉANTS. Là où l’accueil proverbial des gens n’a d’égal nulle part ailleurs; là où les paysages sont plus grands que nature; là où les lacs ressemblent à des océans, là où les vacances ont du sens.

Karine, Martin, Élisabeth, François et Marie-Andrée

Karine, Martin, Élisabeth, François et Marie-Andrée

 

Nous sommes fiers d’être maintenant les ambassadeurs du Saguenay–Lac-  Saint- Jean. Parce que c’est bien là où je veux être…avec ma famille.

Et la nuit s’Anima Lumina au Zoo Sauvage de Saint-Félicien

Depuis juillet 2016, les nuits au Zoo sauvage de St-Félicien deviennent le théâtre d’une expérience lumineuse et sonores mémorable avec le parcours Anima Lumina.  L’espace d’une nuit, un jeune garçon, qui a le pouvoir de communiquer avec les animaux, se laisse guider par la Lune.  Sur son chemin (et le vôtre) il croise plusieurs espèces animales avec lesquels il interagit. Vous êtes alors à l’avant-scène de ces rencontre au cours desquelles la nature prend vie d’une manière originale. Des animaux invisibles vous entourent par leurs cris, leurs déplacements. Des projections multimédias animent de mille couleurs la forêt boréale. Une immense lune éclaire votre chemin qui lui-même est enveloppé d’une ambiance mystérieuse et féérique.  Anima Lumina s’adresse à tous, charmera les familles, les aimants de la nature et ceux qui aiment se laisser porter par la poésie.

Un projet de grande envergure

Anima Lumina

Crédit – David Rowsome

Ce projet unique est le fruit du travail ingénieux de Moment Factory, une entreprise québécoise dont la renommée sur la scène internationale est impressionnante. Ils ont à leur actif de nombreuses des créations multimédias d’envergures. Il est cependant important de rappeler que ce spectacle ne met pas en vedette les différents animaux du zoo. Ces derniers sont dans leurs quartiers nocturnes au moment des différentes représentations d’Anima, et ce, pour des raisons de réglementation. Mais surtout, comme vous, ils doivent aussi dormir avant de redevenir des vedettes au petit matin.

Réaliser un tel circuit a monopolisé l’expertise d’une quarantaine de personnes. Ils ont, entre autres, procédé à l’installation, au sein du zoo, d’un équipement multimédia de grande amplitude : 70 haut-parleurs, 200 projecteurs d’éclairage, huit vidéoprojecteurs et près de 20 000 pieds de filage. On le constate, l’aménagement de ce circuit illuminé représente un travail colossal.

N’en doutez pas, Anima Lumina est une expérience multisensorielle qui sort de l’ordinaire. Et ce n’est pas tout! Une autre ville québécoise est également touchée par les doigts de fée de Moment Factory. En effet, à Chandler en Gaspésie il est possible de vivre un troisième et tout nouveau sentier nocturne intitulé Nova Lumina. Sans compter Foresta Lumina qui depuis 2014 illumine avec grand succès le Parc de la Gorge de Coaticook dans les Cantons-de-l’Est.

Comment préparer sa soirée Anima

Pour profiter pleinement de votre expérience en nature, voici quelques conseils :

  • Le parcours d’une longueur de 1,5 km, compte quelques escaliers et de nombreux bancs où s’asseoir afin de profiter du spectacle. Le sentier est facilement praticable, mais nous vous suggérons tout de même d’apporter de bons souliers de marche.
  • La visite est d’une durée approximative d’une heure selon la vitesse à laquelle vous marchez et de votre intérêt personnel à profiter pleinement de l’expérience immersive. Par contre, notez que vous pouvez rester aussi longtemps que vous le désirez dans l’Anima. Pour les photographes, comme les lieux sont assez sombres prévoyez un trépied, car les temps d’expositions seront longs.
  • Il est essentiel d’avoir sous la main des vêtements chaud en prévision des soirées froides, un imperméable, car on ne sait jamais et de l’huile à mouche pour s’éviter de petits irritants. Vous pouvez transporter un lunch avec vous et de l’eau, mais sachez qu’à la fin de l’expérience des rafraîchissements et quelques grignotines sont offertes en vente.
  • Les personnes à mobilité réduite peuvent profiter du parcours, mais pas dans sa pleine totalité. À ce titre, le Zoo sauvage travaille depuis longtemps avec Kéroul dont le mandat est d’offrir une accessibilité aux établissements touristiques.
  • Pour les jeunes familles, considérant que l’Anima ne prend vie qu’à la tombée de la nuit, il est préférable de faire dormir les enfants dans la journée. Côté sécurité, pas de soucis, du personnel bien identifié est présent tout au long du sentier et vous aidera dans votre cheminement en forêt. Cependant, il n’est pas suggéré d’effectuer la visite avec une poussette : privilégiez les sacs à dos ou les écharpes porte-bébés.

Enfin, et surtout, gardez en tête qu’il s’agit d’une expérience de visite unique et incomparable. Il faut donc ouvrir grand les yeux et se laisser bercer tranquillement par cette histoire lumineuse au cœur de la forêt boréale.

Bonne visite!

« Articles plus anciens