Blogue officiel Tourisme Saguenay-Lac-St-Jean

BlogueLe Saguenay-Lac-Saint-Jean est une région vaste qui dispose d’une offre touristique très variée. Afin de vous aider à planifier vos vacances, l’équipe du blogue des Géants cherchera à vous informer sur les toutes dernières nouveautés, nos bonnes adresses et sur les personnes qui feront de votre prochain séjour chez-nous un succès. Sans compter que vous en apprendrez sur le milieu touristique, son fonctionnement et ses secrets. Une mine d’information provenant d’une équipe d’expérience, voilà ce que nous avons à offrir.

Top 5 des randonnées pédestres gratuites au Saguenay-Lac-Saint-Jean

RandoCharlesDavidRobitaille

Crédit : Charles-David Robitaille

Nul besoin d’aller loin pour découvrir de nouveaux horizons. La région du Saguenay–Lac-Saint-Jean possède plusieurs sentiers pédestres pour tous types de randonneurs. De niveau facile à difficile, vous trouverez plusieurs parcours aux paysages pittoresques à explorer, et ce, à faible coût ou totalement gratuitement. J’ai eu la piqûre pour cinq beaux endroits. Voici donc mes coups de cœur.

 

1. Sentier Notre-Dame Kapatakan

Ce sentier surnommé « Le petit Compostelle régional » s’étend sur 215 km. Il débute à Rivière-Éternité pour terminer sa course à Notre-Dame-de-Lourdes de l’Ermitage Saint-Antoine de Lac-Bouchette. Ce parcours comprend 12 étapes spirituelles permettant de découvrir la région tout en ne faisant qu’un avec la nature. De plus, pour vous accompagner dans votre pèlerinage, vous pouvez vous procurer, pour seulement 5 $, le passeport du pèlerin. Il vous permettra d’estamper chacune des étapes accomplies au fur et à mesure du chemin parcouru.

uyututtttttt

Sentier Eucher – ©Promotion Saguenay

2. Le sentier Eucher

Situé sur la route de l’Anse à Benjamin à La Baie, le sentier Eucher vous offre un panorama unique sur le fjord du Saguenay et la baie des Ha! Ha! De 2,5 km, il est ouvert à l’année (en hiver, accessible en raquette). Cette randonnée s’adresse à une clientèle de niveau intermédiaire en raison des rochers, de certaines pentes abruptes et d’une montée soutenue en début de parcours.

3. Les sentiers du Saguenay

Situés dans l’arrondissement de Jonquière, les sentiers du Saguenay offrent un parcours de plus de 14,5 km. Ils longent la rivière Saguenay et tout au bout se trouve une boucle fermée dans le secteur du Manoir du Saguenay. Accessibles pour tous les niveaux, ils offrent une vue incroyable sur nos paysages saguenéens. C’est l’occasion de vous offrir une agréable randonnée pour prendre le pouls des saisons et vous immerger dans la nature généreuse. Cascades, chutes, belvédères et ruisseaux feront partie intégrante de votre aventure!

 

4. Le sentier des Rats Musqués

Ce sentier urbain offre aux amateurs de plein air l’opportunité de marcher en pleine ville sur de nombreuses passerelles. D’une longueur de 2,9 km, il débute au Parc Rosaire-Gauthier de Chicoutimi et il est accessible pour tous, incluant les animaux de compagnie. Un parcours gratuit à découvrir à l’année qui vous permettra d’admirer des parois rocheuses imposantes surplombant la rivière aux Rats. Une façon unique de vivre la forêt dans un environnement où la densité de la flore étouffe les bruits environnants du milieu urbain. Le meilleur des deux mondes, quoi!

 

5. Site des Chutes-aux-Galets

Situé à Saint-David-de-Falardeau, ce circuit accessible en saison estivale, convient autant aux familles qu’aux amants de la nature. Lors de ce parcours, plusieurs interprétations de la nature et de la faune sont à découvrir et plusieurs points de vue offrent des paysages à couper le souffle. Soyez également attentifs aux sons de la nature, car en longeant la rivière Shipshaw, vous serez surpris d’entendre à proximité une chute de plus de 20 mètres.

Chutes aux galets-Moyenne

Chutes aux galets

Pour les adeptes voulant explorer de nouveaux sentiers, nous vous suggérons également de visiter l’un de nos trois parc nationaux à faible coût par personne pour entrer. Vous tomberez en amour à coup sur avec nos montagnes et nos randonnées!

Bonne découverte dans nos sentiers!

Faut que ça roule !

L’engouement grandissant du vélo sur neige, ou Fat bike, a également créé l’effervescence dans l’aménagement de sentiers dédiés à ce sport unique. Heureusement pour les amateurs de fatbike résidents ou visiteurs dans la région, le Saguenay-Lac-Saint-Jean a suivi cette tendance en créant des sentiers pour pratiquer ce sport. 

IMG_1144

Sentier de la 12, Boisé du Panoramique

Tout d’abord, la plupart des centres de vélos de montagnes de la région offrent des parcours fort intéressants pour rouler en hiver. Le boisé du panoramique (Chicoutimi), le Dorval (Alma), le Banc de Sable (Métabetchouane), Do-Mi-Ski (Dolbeau-Mistassini) et le Tobo-Ski (Saint-Félicien) possèdent plusieurs kilomètres de sentiers entretenus par les clubs de vélo, les raquetteurs et la communauté de cyclistes de neige.

IMG_1136

En fatbike, le sourire est toujours au rendez-vous

De plus, le Mont-Lac-Vert (Hébertville) a aménagé un réseau de sentiers de Fat bike sur plus de 13 km. Le Centre de plein air le Bec-Scie (La Baie) offre également un parcours de plus de six km de sentiers sur neige et même éclairé en soirée! Fait intéressant, la plupart des sentiers du centre de plein-air le Bec-Scie, du Mont-Lac-Vert, du Tobo-Ski et du Dorval sont entretenus mécaniquement offrant ainsi une surface de roulement singletrack plus uniforme, large et portante.

Enfin, les roues de ses vélos, par leur largeur plus grande (4 à 5 po selon les modèles) et leurs crampons plus agressifs, sont conçues pour rouler l’hiver. Ces vélos permettent de rouler dans la plupart de vos sentiers préférés à proximité de chez vous. Il faut, toutefois, être plus prudent afin d’assurer votre sécurité et d’éviter les accidents avec les randonneurs et autres utilisateurs du sentier.

Ce sport vous intéresse?

Pour ceux et celles qui désirent essayer le Fat bike ou accompagner un(e) ami(e), la location de vélo est possible dans la région. Sportcycle Expert (Chicoutimi), situé à quelques minutes du centre de vélo de montagne le Panoramique, offre la location de sept vélos entretenus entre chaque location permettant de renouer avec ce sport durant la saison hivernale. Le Club Tobo-Ski (Saint-Félicien) a également acquis 12 vélos afin de rendre accessible le réseau de sentiers présents au Centre de vélo de montagne du même nom. Horizon Évasion (L’Anse-Saint-Jean) offre également la location de vélos afin d’explorer les sentiers de l’arrière-pays pendant la saison hivernale.

12591803_10153498311066748_1048053947_o

Sentier des Murailles, L’Anse-Saint-Jean

Enfin, je terminerai en vous partageant quelques consignes de base afin d’apprécier davantage vos journées de vélo sur neige. Tout d’abord, les sorties de piste surviennent plus fréquemment que l’on peut s’imaginer. Quoique les chutes se terminent fréquemment sans blessure et par un fou rire, les arbres, les roches et autre obstacles sont toujours présents et se cachent parfois sous la neige. Le port du casque est, ainsi, fortement conseillé .

12596398_10153542819841919_2071646533_n

Sortie de route et fou rire

Comme tout autre sport d’hiver, l’habillement en couches est de mises et varie en fonction de la température extérieure. Pour les mains, une paire de gants d’hiver vous gardera au chaud pour les températures plus clémentes (au-dessus de -10oC). En deçà de -10oC, il est conseillé d’opter pour la paire de mitaines et ce, même si vous perdez de l’agilité au niveau des mains. Pour les pieds, une bonne paire de botte d’hiver fait parfaitement le travail si vous utilisez des pédales plates (flat pedal). Si vous désirez conserver vos pédales à clips, il est fortement conseillé d’avoir de l’espace pour mettre de bons bas et de ne pas avoir le pied trop serré afin de conserver une circulation sanguine adéquate dans les orteils.

Bonne prolongation de votre saison de vélo !

Je tiens personnellement à remercier Sportcycle Expert Chicoutimi pour le prêt de vélos. Cela m’a permis d’essayer ce sport fabuleux et hautement addictif dans la région.

En selle pour le Tour du Lac à motoneige !

La motoneige fait partie de l’ADN de ceux et celles qui vivent au Lac-Saint-Jean. Depuis que Joseph-Armand s’est élancé avec sa petite bête jaune sur les crêtes des bancs de neige, Jeannois et Jeannoises ont trouvé le véhicule qui occuperait leurs hivers et leur permettrait de partir à la découverte de leurs immensités enneigées.

Le Lac Saint-Jean vous accueille sur les sentiers !
Plus tard, c’est au début 1990 qu’est né le tourisme à motoneige qui a débuté par le tour de la grange, qui s’est élargi avec le tour du village, puis le tour des clubs voisin et ce n’est pas pour rien que l’une des premières véritables destinations à gagner le cœur des amants de l’hiver a été le tour du lac Saint-Jean. On aime ça faire le tour… Surtout quand c’est beau !

Un classique

Depuis déjà plusieurs décennies, le tour du Lac-Saint-Jean à motoneige est au tourisme hivernal ce que le tour de la Gaspésie est au tourisme estival. Un classique incontournable qui s’est imposé dès le moment où les Québécois ont commencé à voyager sur les sentiers de neige.
Le « Tour du Lac », (dès qu’on met une majuscule à Lac, on sait duquel il s’agit) possède d’abord cet avantage de ne pas ramener les motoneigistes sur leurs traces (ou si peu). Il présente quelques variables en termes de distances (± 300 km) selon qu’on emprunte le circuit le plus rapproché des rives du Pekuakami ou celui qui s’éloigne au nord-ouest du lac, vers Girardville, dans les vastes prairies de la « Friche », les bleuetières à perte de vue et les forêts denses du Pays de Maria-Chapdelaine. Cet itinéraire permet la découverte de plusieurs villages pittoresques et jouit d’un environnement sauvage éblouissant.

Sur la plaine agricole du Lac-Saint-JeanUn environnement toujours changeant.

Portes d’entrée
Le circuit motoneige du Lac-Saint-Jean compte de nombreuses portes d’entrée (ou de sortie). Elles passent par le Saguenay en provenance de Charlevoix, de la Côte-Nord et de la grande région de Québec. D’autres proviennent de la Mauricie, de Portneuf ou de la Baie-James. Certains voyageurs choisiront la ville d’Alma comme amorce de la tournée puisque les motoneiges peuvent accéder au centre-ville et à ses facilités d’hébergement, de restauration et de sorties. Saint-Gédéon, directement sur le lac, constitue également un point de chute intéressant.
On peut même accéder au Tour du Lac à partir du territoire mythique des Monts-Valin. Toutefois, le point d’accueil le plus populaire demeure le sentier qui traverse la réserve faunique des Laurentides à partir de Portneuf (TQ 23) par L’Étape puis croise le secteur du Mont-Apica avant d’aboutir à Hébertville.
Du nouveau au Mont-Apica

Un enneigement exceptionnel sur les hauteurs du Mont-Apica.Le belvédère du Mont-ApicaP1210056
Le sentier TQ 23 passe par le nouveau relais du Mont-Apica, sur la route 169, là où on avait autrefois une cabane plutôt élémentaire. À cela s’ajoute le belvédère spectaculaire qui occupe le sommet du Mont Apica où se trouvaient depuis 1952 des installations militaires du NORAD. Plus avant, on passe sous la nouvelle arche de bienvenue, une des plus impressionnantes au Québec avec ses matériaux bien régionaux : le bois et l’aluminium. Quant au nouveau relais, le président du Club motoneigistes Lac-Saint-Jean, Gaétan Gagné, mentionnait que : « dès le départ, il a largement dépassé les attentes en termes de fréquentation. On y sert une cuisine rapide et on peut également y faire le plein.» Quant au belvédère, , qui se trouve sur un embranchement à 1 km du relais et à 4 km à partir du sentier, Gaétan Gagné ajoute : « Nous avons aménagé un gazebo à 882 mètres d’altitude, à partir duquel, par beau temps, on peut admirer les sommets des Laurentides à perte de vue. »

Les plus vieux se souviendront de ce qu’on appelait « les radars » de la ligne Pinetree, un projet conjoint entre les États-Unis et le Canada pour détecter les avions ennemis durant la guerre froide avec l’URSS. Jusqu’à 500 personnes, militaires et civiles, ont occupé cette base qui était également une importante station météorologique. L’informatisation et l’évolution des technologies ont fini par avoir raison du centre d’opérations en 1993 et les radars ont été déménagés sur les Monts-Valin. Fait à noter, le mont Apica est souvent comparé aux Monts-Valin pour son enneigement exceptionnel. Lors de la fameuse « Tempête du siècle », en 1971, il y est tombé 80,2 cm de neige. Ce phénomène reste toujours évident lorsqu’on grimpe sur le sommet et qu’on constate à quel point le couvert blanc devient imposant au fil de l’ascension.

Le grand tour
Prêt pour le Tour du Lac ? J’avoue un faible pour le plus long circuit qui peut très bien s’amorcer sur les Monts-Valin jusqu’au sentier local conduisant les motoneigistes vers Saint-Ludger-de-Milot puis Sainte-Jeanne-d’Arc pour revenir au TQ 93.
Sur tout ce vaste territoire compris entre les rivières Péribonka, Mistassini et jusqu’à l’Ashuapmushuan éventuellement, presque aussi étendu que la Suisse, on est en train d’implanter le parc régional des Grandes-Rivières. Un des volets de développement de ce projet concerne la motoneige et un nouveau segment de piste qui poussera la découverte toujours plus loin en nous permettant de franchir les grands cours d’eau. C’est à suivre !
Pour compléter la boucle au nord du lac, plusieurs options sont envisageables, du raccourci le long de la rivière Mistassini; au moyen terme traversant la plaine agricole entre Albanel et Normandin. Jusqu’à la totale, qui passe par le bout du bout : Girardville et le Lac-à-Jim, dans un magnifique environnement de forêt et de neige. À vous de choisir !
Si vous longez le lac à l’est, passant par Sainte-Monique, Saint-Henri-de-Taillon et Péribonka, ne manquez surtout pas de faire escale au superbe relais Vauvert qui offre l’une des plus belles vues qui soit sur le grand plan d’eau, en plus d’une bonne bouffe et de chalets agréables.

Relais Vauvert à Dolbeau-Mistassini
Les attraits
Le Lac-Saint-Jean, destination motoneige, présente de nombreux attraits dont le premier recherché reste l’enneigement puis l’étonnante diversité des environnements visuels. On y alterne constamment de la forêt aux champs, de la piste sinueuse au large boulevard, en empruntant les couloirs de transport d’électricité. Tout cela avec quelques points de vue magnifiques sur le lac lui-même bien que les motoneigistes ne roulent plus sur les glaces du lac comme auparavant. Je ne saurais aussi assez insister sur le grand intérêt qu’il peut y avoir à visiter le Zoo sauvage de Saint-Félicien en hiver, un plaisir que s’offrent trop peu de motoneigistes.

Les étapes
Le Tour du Lac-Saint-Jean possède de plus cet avantage de donner le choix du type d’hébergement et des pauses qu’on souhaite faire. Nombre de relais sont disséminés tout au long du circuit. Il s’agit le plus souvent d’endroits pittoresques où se réchauffer, prendre un repas rapide et rencontrer les motoneigistes locaux. Partout, l’accueil y est digne de la réputation des Bleuets.
Plusieurs grands hôtels accueillent les motoneigistes, même au cœur des villes. Le confort et la restauration y sont à leur meilleur.

On peut également faire escale dans des auberges ou des gîtes incroyablement chaleureux et accueillants, pour vivre une expérience spéciale chez l’habitant. Maints endroits proposent aussi des chalets avec un service de restauration à proximité.

On a donc encore toutes les raisons du monde de renouer ou d’enfin découvrir les charmes irrésistibles du Tour du Lac-Saint-Jean à motoneige !

« Articles plus anciens