Blogue officiel Tourisme Saguenay-Lac-St-Jean

BlogueLe Saguenay-Lac-Saint-Jean est une région vaste qui dispose d’une offre touristique très variée. Afin de vous aider à planifier vos vacances, l’équipe du blogue des Géants cherchera à vous informer sur les toutes dernières nouveautés, nos bonnes adresses et sur les personnes qui feront de votre prochain séjour chez-nous un succès. Sans compter que vous en apprendrez sur le milieu touristique, son fonctionnement et ses secrets. Une mine d’information provenant d’une équipe d’expérience, voilà ce que nous avons à offrir.

5 belles balades en kayak

Les kayaks de mer sont sur le toit de la voiture. Tout l’équipement est dans le coffre, prêt à servir. La journée semble idéale. C’est ce que vous attendiez ! Question ? Ou aller pour pouvoir mettre à l’eau facilement et réaliser une agréable excursion de quelques heures sur le fjord du Saguenay ?

Promotion Saguenay - Kayak de mer sur le Saguenay

 

Les opportunités ne sont pas si nombreuses mais il en existe quand même plusieurs, bien réparties au fil des 120 km de rivière de Chicoutimi à Tadoussac, sur les deux rives.

Sauf exception, il sera essentiel de tenir compte des marées tant pour le départ que pour le retour si on ne veut pas patauger durant de longs moments dans la boue et la glaise de l’estran (la partie du rivage qui se dégage à marée basse). C’est pourquoi il faut quotidiennement référer au site de Pêche et océans Canada pour obtenir les heures des marées au point de départ prévu.

Précisons que cette sélection de 5 sites est un choix strictement personnel de coins ou j’aime bien pagayer.

Rivière Caribou

Kayak sur le Saguenay

Ne nous éloignons pas trop de la ville pour cette sortie qui sera définitivement urbaine. Quand j’ai peu de temps et que je réussis à écourter la journée de travail, j’adore mettre à l’eau à quelques kilomètres de Chicoutimi-Nord, juste à l’embouchure de la rivière Caribou. L’endroit est identifié par un panneau de signalisation et on trouve quelques places de stationnement au bout du garde-fou. La large plage sablonneuse s’emplit assez rapidement à la marée montante, permettant le départ dans quelques centimètres d’eau avant la pleine marée. De là, on s’avance lentement devant Chicoutimi qui se dévoile progressivement. Même si on y vit depuis des années, c’est une vision très particulière de la ville qu’on obtient ainsi à partir du Saguenay. Une fois bien engagé dans le secteur urbain, au pied des caps de la rive nord, une ambiance sonore étonnante s’ajoute au visuel. À cause de la forme en cuvette de Chicoutimi, on se croirait au milieu de l’action urbaine tout en navigant dans un milieu naturel impressionnant. Le summum du plaisir consiste à s’arrêter au pied du cap Saint-François pour pique-niquer en savourant un bon verre de vin et en admirant le soleil qui se glisse sous les ponts et en revenant à la pénombre.

Quai des croisières – La Baie

Auparavant, nous allions mettre à l’eau à la marina de l’Anse-à-Benjamin pour naviguer dans ce secteur. Toutefois, avec les nouvelles installations du Quai des croisières, on peut le faire plus facilement, plus proprement, en disposant d’espaces de stationnement et en s’offrant une super crème glacée au retour.

L’immense baie des Ha ! Ha ! n’a pas besoin qu’on vante ses charmes marins et géologiques. La présence de grands navires et de bateaux de croisière ajoute encore à l’intérêt de l’endroit. En kayak, toutefois, le plus agréable reste de longer les parois escarpées du cap à l’Ouest sur lesquelles les marcheurs nous observent souvent à partir du sentier Eucher. La petite balade permet de se rendre à peu près au pied du cap Rasmussen alors que la bonne journée consiste à faire l’aller-retour jusqu’à la pointe du cap, sur le bras de Chicoutimi

Sainte-Rose-du-Nord

Il y a toujours de l’action sur le quai de Sainte-Rose-du-Nord. La rampe de mise à l’eau, à la droite du quai, peut être utilisée sans considération pour la marée. Il est d’abord agréable de naviguer dans les 3 anses qui composent le village puis, en aval, de se rendre au campement de l’Anse-de-Sable puis au Cap-au-Leste. En amont, on descend vers l’anse de la Mine puis le hameau de Tableau, où subsistent les vestiges d’un quai datant de la colonisation. Par beau temps, la traversée vers la paroi rocheuse du Tableau permet d’admirer de près cette muraille singulière. Des frais de 5 $ sont exigés au quai pour la mise à l’eau.

L’Anse-Saint-Jean

kayak brouillard fjord (c) Fjord en Kayak

Si vous séjournez au camping municipal de L’Anse, la mise à l’eau est à portée de main sur la rampe centrale mais surveillez bien les marées pour ne pas revenir dans le mince filet d’eau et sur le fond rocheux de la rivière Saint-Jean. En tout temps, la mise à l’eau est possible près du quai de la marina, sur la plage où est installé le pourvoyeur Fjord en Kayak. L’aller-retour jusqu’au quai de Petit-Saguenay est un classique mais, comme le débarquement est à peu près impossible en d’autre temps qu’à la marée haute, on peut continuer environ un kilomètre pour trouver des petites plages et des rochers sur lesquels on peut pique-niquer agréablement. On peut même s’avancer encore et faire le tour de l’île Saint-Louis, la plus grande et la plus haute du fjord. En face se trouve la Petite-Île, l’île Saint-Barthélemy et l’anse à Gagnon.  Au retour, tout juste avant d’entrer dans l’anse Saint-Jean, on passe une plage parfaite pour la baignade. La sortie vers la baie de Rivière-Éternité longe la plus impressionnante section du fjord du Saguenay.

L’Anse-Saint-Étienne

S’il y a un endroit sur le Saguenay où la marée est déterminante pour le kayak de mer, c’est bien la plage de l’Anse-Saint-Étienne à Petit-Saguenay. L’endroit, face à l’Anse-de-Roche, fait partie de Village Vacances mais il est également accessible au public en prenant le chemin de la plage, à droite, avant l’entrée du Village Vacances. Il y a aussi un stationnement près de la plage. De l’approche de la marée haute au début du baissant, le niveau de l’eau permet une sortie d’environ 5 heures sans que l’on ait à transporter l’embarcation sur l’estran qui fait ici près d’un demi-kilomètre. L’intérêt du secteur tient à l’équerre que forme la rivière en faisant une courbe de 90 degrés. Une fois que l’on a doublé la pointe aux Crêpes, on a sur sa droite le magnifique cap Sainte-Marguerite et la baie du même nom qui est malheureusement interdite à la navigation à cause de la présence régulière des bélugas qui viennent s’y alimenter et socialiser.

Capture

 

12 défis sportifs à relever au Saguenay-Lac-Saint-Jean en 2017

Crédit photo : Charles-David Robitaille

Crédit photo : Charles-David Robitaille

En forêt, en pleine ville, dans les montagnes, sur le bord de l’eau, bref, le Saguenay-Lac-Saint-Jean a 1001 décors pour courir! Cette année, découvrez la région tout en relevant un défi sportif. En voici douze qui sont particulièrement différents, parfois thématisés, parfois organisés pour une bonne cause. Un, deux, trois, partez!

Le 15 kilomètres des Pichous à Saguenay

Depuis 48 ans (wow!), les participants se ressemblent dans l’arrondissement Jonquière, pichous aux pieds, pour le départ. À la marche ou à la course, ils font le trajet de 15 kilomètres qui séparent Jonquière de Chicoutimi. Pourquoi l’appelle-t-on le 15 kilomètres des pichous? Lors du Carnaval Souvenir de Chicoutimi, dans les années 1960, une course en raquettes de babiche était organisée et les participants devaient porter des mocassins (appelés pichous) pour porter ces raquettes. Plusieurs années plus tard, les mocassins ont été troqués pour des espadrilles.

Quand : 11 mars 2017

Pour qui : tous ceux qui ont des pichous (des espadrilles bien entendu) !

Informations

Défi Ski Leucan au Mont Lac-Vert

Sous le thème très significatif «Aidons-les à remonter la pente», une 8e édition du Défi Ski Leucan aura lieu au mont Lac-Vert. Tous les skieurs et planchistes de tous les âges sont encouragés à amasser des dons pour venir en aide aux enfants atteints de cancer en skiant. Il s’agit de vous créer une équipe allant jusqu’à quatre personnes et l’obkectif est de faire une descente par heure durant six heures consécutives. Un geste simple fait dans le plaisir et qui peut faire une grande différence.

Quand : 11 mars 2017

Pour qui : les sportifs hivernaux

Informations

Course des Dieux au Mont-Fortin

Sans prétention, la course des Dieux porte bien son nom. Au menu : une course à obstacles en terrain montagneux où les défis demandent beaucoup d’endurance et de persévérance.

Quand : 20 mai 2017

Pour qui : ceux qui n’ont pas froid aux yeux

Informations

Course de la relève à Dolbeau-Mistassini

Depuis 15 ans, la Course de la relève rassemblent les jeunes et les parents dans ses différentes épreuves. Il y a différents départs selon l’année scolaire des enfants, mais il y a aussi une course de cinq kilomètres ouverte à tous. L’occasion est parfaite pour que chaque membre de la famille relève son défi!

Quand : 30 mai 2017

Pour qui : les familles

Informations

Course des couleurs à Saguenay

Pour la deuxième fois dans la région, une course des couleurs (souvent connue sous le nom de Color Run) sera organisée à Saguenay. Le parcours de cinq kilomètres est plutôt facile. C’est donc une belle activité de « gang ». Le départ se donne au parc de la Rivière-aux-Sables dans l’arrondissement Jonquière.

Quand : 11 juin 2017

Pour qui : pour ceux qui veulent s’amuser

Informations

Défi Arvida500

Un défi vélo très symbolique de 500 kilomètres est organisé en juin pour supporter une personne de la région qui est présentement malade. Le départ se donne à Montréal, à l’hôpital où est soigné cette personne, et l’arrivée est prévue dans le quartier d’Arvida. Les 500 kilomètres qui séparent les deux villes représentent le retour espéré à la maison pour cette personne.

Quand : 15 au 17 juin 2017

Informations

Bootcamp-Race Challenge 2017 à Dolbeau-Mistassini

C’est du sérieux! Une course à obstacles de style militaire aura lieu au Saguenay-Lac-Saint-Jean au début de l’été! Soyez prêts : 25 obstacles militaires sur 6 kilomètres vous attendent.

Quand : 17 juin 2017

Pour qui : ceux qui veulent dépasser leurs limites

Informations

La Course endurance du Fjord à Saguenay

Le Club endurance du Fjord organise une course destinée à tous les niveaux de coureurs. En soirée, les participants sont attendus pour des distances de un, trois, cinq ou dix kilomètres. La course a lieu dans l’arrondissement La Baie et son parcours se fait en longeant la baie.

Quand : 22 août 2017

Pour qui : pour ceux qui veulent s’amuser

Informations

L’Ultime Challenge à Saguenay

Lancez-vous le défi de faire cette course à obstacles en plein coeur de l’un des sites histoires les plus importants de la région. Les cinq kilomètres de la course déroulent parmi les vestiges datant de 1896 de la Pulperie de Chicoutimi. Vous ferez l’effort pour une bonne cause car une partie des profits est remise à l’Association de la fibrose kystique du Québec. Pour les enfants de 5 à 10 ans, un parcours plus facile d’un kilomètre est également organisé.

Quand : 10 septembre 2017

Pour qui : ceux qui veulent dépasser leurs limites

Informations

La Montée des Héros au Mont Lac-Vert

Ce sont six kilomètres de défis de tous genres, de plaisir et de dépassement de soi qui vous attendent en participant à la Montée des Héros. À ce temps de l’année, la température est idéale et le décor est parfait avec les couleurs d’automne ainsi que le lac Vert en arrière-scène. En prime, le jeu vaut tellement la chandelle car les profits de la course sont remis à la Fondation de l’Hôtel-Dieu d’Alma.

Quand : 24 septembre 2017

Pour qui : ceux qui souhaitent faire une bonne action

Informations

Le Marathon de la Zone portuaire de Chicoutimi

Après tout l’entraînement estival, pourquoi ne pas clore le tout avec le Marathon de la Zone portuaire de Chicoutimi? Pour les coureurs, des distances de 5, 42,2 et de 21,1 kilomètres sont coordonnées et pour les marcheurs on compte un 5 kilomètres.

Quand : 8 octobre 2017

Pour qui : les habitués ou ceux qui veulent dépasser leurs limites

Informations

Course des pères Noël à Saguenay

Comment se mettre dans l’ambiance des Fêtes de façon amusante et originale? En s’inscrivant à la Course des pères Noël! On se prépare pour une course bien amicale avec notre tuque de père Noël.

Quand : 2 décembre 2017

Pour qui : ceux qui souhaitent s’amuser

Informations

Alors, serez-vous tentés par l’un de ces défis cette année?

Crédit photo : Charles-David Robitaille

Crédit photo : Charles-David Robitaille

Projet Fjord : des courts-métrages inspirés

Parce que nous étions curieux de connaître le plus récent projet de la Bande Sonimage, nous avons rencontré la directrice générale, Claudia Chabot, afin qu’elle répondre à nos questions sur leur petit dernier : Le projet Fjord.

BandeSonimage2

Crédit photo : Alain Corneau

Mais avant tout, ça mange quoi en hiver la Bande Sonimage?

La bande Sonimage est un centre de soutien en production en cinéma au Saguenay–Lac-Saint-Jean, fondé en 2009 par les créateurs. Sa mission est de soutenir la production, la diffusion et la distribution d’œuvres vidéographiques et cinématographiques de créateurs de la région, de développer leurs compétences et de faciliter l’accueil de tournage.

Elle offre aux artistes :

  • des bourses annuelles d’aide à la création destinées à la réalisation de leurs films;
  • un parc de location d’équipements de tournage en cinéma;
  • des formations de perfectionnement;
  • et initie plusieurs productions de commandes d’œuvres, projets spéciaux, résidences de scénarisation, etc.

Cela représente 46 œuvres vidéo soutenues par les bourses et aides à la production et 22 courts métrages développés grâce aux commandes d’œuvres et projets spéciaux.

Qu’est-ce que le projet Fjord ?

Claudia : Le projet Fjord est ce que l’on appelle une commande d’œuvre sous forme de « course à relais ». C’est un projet où notre organisme invite des artistes, dans ce cas-ci quatre, à créer une œuvre sur une thématique en incluant des défis que nous prédéterminons. C’est un projet aussi de groupe, tout le processus créatif est collectif avec l’ensemble des réalisateurs et l’équipe de la bande Sonimage.

Fjord est donc une commande d’œuvres avec les réalisateurs Étienne Boulanger, Alexandre Rufin, Martin-Rodolphe Villeneuve et Philippe David Gagné. Notre organisme prend en charge tout ce qui se rapproche de la production d’un film, en collaboration avec chaque réalisateur, dans le but de faciliter leur production, mais aussi pour tout ce qui concerne le développement créatif du film (le scénario, le montage, le besoin du tournage par exemple).

Les courts métrages tournés sur l’eau, sur la terre, sur la glace, dans les airs, entre Saint-Fulgence et Tadoussac, mettent en vedette un même protagoniste, celui du fjord du Saguenay.

L’élément le plus marquant pour relier ces films sera vraiment la prédominance du majestueux fjord, dans chaque histoire, bien que nous allons retrouver aussi d’autres liens un peu plus subtils, comme le sport, entre chaque histoire.

Quel est l’objectif premier du projet ?

Claudia : L’objectif était de développer une série de 4 courts métrages sur la thématique du fjord. C’est la première fois qu’on choisit un thème qui s’apparente au territoire. C’est donc un projet qui a pour but de stimuler la création cinématographique de court métrage dans la région et d’offrir un contexte professionnel et collectif unique à chaque créateur, les mettre en valeur et les promouvoir à travers ce projet et son rayonnement.

BandeSonimage3

Crédit photo : Alain Corneau

Pourquoi les thèmes du fjord et du sport?

Claudia : À chaque projet, nous choisissons des thématiques et aussi des défis, qu’ils soient artistiques ou techniques. Il y a une année où nous avions proposé à nos cinéastes de faire des films sur musique (vidéo clip) et l’an dernier, ils ont travaillé avec des défis techniques (des caméras de téléphone intelligent et la caméra Bolex numérique monochrome permettant de filmer uniquement en noir et blanc comme autrefois). Cette fois-ci, nous cherchions à déployer la splendeur du fjord qui nous entoure, mais l’intégrer à travers une histoire, un récit, un concept de film. L’intérêt était de voir comment seraient articulés quatre films sur une même thématique de territoire.

Le défi sport était plus une façon de travailler le processus de création. C’est la première fois qu’on propose de faire une production avec la forme d’une course à relais. Les réalisateurs devaient tourner l’un après l’autre et créer leur scénario l’un après l’autre.

Beaucoup de projets ont pour thème le Fjord, en quoi le vôtre se distingue ?

Claudia : Le projet en soi a une démarche collective. Par chaque film que l’on peut regarder, nous vivons les émotions de son histoire, mais chaque court métrage fait tout de même partie de la série du projet Fjord. Là où le projet prend tout son sens, c’est de voir une variation du thème des quatre films. Les réalisateurs avaient vraiment carte blanche au niveau des sujets, du style et du genre cinématographique. C’est très intéressant de découvrir cette diversité d’histoire et de forme sachant qu’ils font partie d’un même projet.

Quels sont les défis lors de l’élaboration d’un projet comme celui-là ?

Claudia : Le fait de travailler la thématique du fjord a nécessité une logistique supplémentaire, en raison des tournages sur l’eau (en bateau à moteur), dans les airs (par drone), sur terre près du fjord ou sur la glace. C’est un beau défi qui en vaut la peine, mais qui demande à chaque équipe un peu plus de préparation (location de bateau, de motoneige, d’équipements pour être autonome sans électricité).

Les courts-métrages s’adressent à qui ?

Claudia : Dans un projet comme celui-ci, nous visons un grand public. Il y a des films où les concepts et les techniques de réalisation sont très élaboré, fascineront les cinéphiles et professionnels de l’industrie, mais de façon générale les films vont toucher le cœur et la sensibilité du grand public.

Le dévoilement aura lieu le 15 mars prochain à Regard. Qu’est-ce que ça signifie pour vous d’être présenté là-bas?

Claudia : Le projet sera effectivement lancé en salle à la Soirée régionale du Festival Regard, suivi d’un party de lancement au Sous-Bois à Chicoutimi. Diffuser les 4 films à Regard est toujours un grand privilège et permettra, pour une première fois, de visionner la finalité du projet.

Toi, que veux-tu que les gens retiennent de cette initiative ?

Claudia :  Je souhaite montrer le fjord d’une autre manière à travers quatre courts métrages de cinéastes très talentueux. J’aimerais que le public vivre plein d’émotions, qu’il soit surpris et émerveillé.

Claudia Chabot - directrice générale de la Bande Sonimage Crédit photo : Alain Corneau

Claudia Chabot – directrice générale de la Bande Sonimage
Crédit photo : Alain Corneau


Dans les semaines à venir, nous vous présenterons chaque court-métrage ainsi que des photos pour vous mettre en appétit avant le grand dévoilement. Pour obtenir plus d’informations, n’hésitez pas à consulter la page du projet.

« Articles plus anciens Articles plus récents »