Blogue officiel Tourisme Saguenay-Lac-St-Jean

BlogueLe Saguenay-Lac-Saint-Jean est une région vaste qui dispose d’une offre touristique très variée. Afin de vous aider à planifier vos vacances, l’équipe du blogue des Géants cherchera à vous informer sur les toutes dernières nouveautés, nos bonnes adresses et sur les personnes qui feront de votre prochain séjour chez-nous un succès. Sans compter que vous en apprendrez sur le milieu touristique, son fonctionnement et ses secrets. Une mine d’information provenant d’une équipe d’expérience, voilà ce que nous avons à offrir.

Lac Saint-Jean : la plage à son meilleur

Quand le soleil brille sur le lac Saint-Jean et que la chaleur pèse de toute son humidité, les vacanciers recherchent unanimement la proximité de l’eau, le sable fin et la baignade rafraîchissante. Le lac Saint-Jean est réputé pour la qualité de ses plages, mais quelles sont les plus belles ? Les plus accessibles ? Les plus familiales ? Les plus festives ?

Plusieurs plages jeannoises sont extrêmement bien connues et continuent d’être les vedettes des jours de canicule. D’autres seront peut-être d’agréables découvertes que vous conseillerez à vos amis. Chose intéressante, la grande majorité des plages proposent le camping ou l’hébergement. Ce qui permet carrément de s’y installer pour les vacances. Faisons le tour !

Vauvert-sur-le-lac

Vauvert

Vauvert devient la destination à retenir pour les estivants qui recherchent la plage où planter leur parasol, bronzer du matin au soir et jouir de tous les services. On dit « Vauvert-sur-le-Lac » et on voit un peu partout l’appellation « Vauvert-sur-mer ». Ce n’est pas juste la tendance bien connue des Jeannois à « augmenter » la réalité qui explique cette dualité. Lorsqu’on s’allonge sur la superbe plage du complexe touristique ou sur un bout de sable totalement isolé des 8 km de plage de cette longue pointe qui s’étire de l’estuaire de la rivière Péribonka à celui de la rivière Mistassini, on peut vraiment croire qu’on est au bord de la mer. D’autant qu’on distingue à peine l’autre rive du lac.

Vauvert-sur-le-lac-Saint-Jean est reconnu comme l’un des plus beaux sites et une plage exceptionnelle au nord du lac Saint-Jean, sur le territoire de la municipalité de Dolbeau-Mistassini.
L’endroit possède de très agréables chalets perchés au-dessus de la dune, devant le lac Saint-Jean. On y trouve aussi un bâtiment stylisé qui abrite un excellent restaurant et une terrasse conviviale. Le camping peut difficilement décevoir. Ouvert en 2011, il a été conçu de façon à procurer à chacun un maximum de place sur des sites bien délimités par une végétation généreuse.

Camping Belley

Belley

La plage du Camping Belley accueille des milliers de personnes durant les belles fins de semaine d’été et le camping subit l’assaut des foules qui souhaitent y trouver un nid.
Ici, comme à peu près partout autour du lac Saint-Jean, l’eau est chaude et il faut s’avancer vraiment loin au large avant de ne plus « avoir ses fonds » comme on dit ici. Quand on pénètre dans l’eau, sur un fond sablonneux digne des Caraïbes, on s’étonne du fait qu’au lieu de s’approfondir, le fond remonte et qu’il faille s’éloigner beaucoup pour se retrouver en eau plus profonde. C’est aussi ce qui explique le réchauffement rapide de l’eau du Piékouagami (le lac plat).
Dans ce grand camping, les petits VR et les tentes peuvent trouver une place directement sur la plage. Et, pour les enfants, le bateau de corsaire où ils s’amusent, l’immensité du rivage sablonneux et le peu de profondeur en font un terrain de jeu formidable.

Parc national de la Pointe-Taillon

Pointe-Taillon

Par une chaude journée de juillet, la longue, très longue, plage de sable rougeâtre du parc de la Pointe-Taillon est couverte de baigneurs, grands et petits, qui s’abandonnent corps et âme au soleil brûlant et à la vague caressante. La plage constitue l’attrait principal du parc. Sur cette grande pointe sablonneuse longue d’une quinzaine de kilomètres et large de 3 à 6 km, on peut se confondre dans la foule et profiter des services à proximité et des activités proposées, dont le vélo. Il est également facile de s’isoler et de trouver un bout de plage juste pour soi, tout près duquel on peut même monter sa tente.
Depuis quelques années, la formule « prêt à camper » en tente Uttopia y remporte un succès foudroyant. Frais d’accès au parc. La Véloroute longe la plage.

Camping Blanchet

Plage Blanchet

À la limite des territoires de Desbiens et Chambord, le camping Blanchet se présente comme l’un des plus beaux de la région, ce à quoi il faudrait aussi ajouter qu’il s’agit de l’un des plus populaires et, chose certaine, des plus audacieux. Outre ses emplacements espacés et boisés ou bien qui s’alignent sous le soleil près du lac, on reste vraiment subjugués par sa plage exceptionnelle et par la série le palapas qui nous donne l’impression de se retrouver carrément dans les Antilles. Faut le faire ! Il ne manque que l’odeur de l’huile bronzante au coconut ! Frais d’accès à la plage pour les visiteurs.

Camping Robertson

Robertson

Tout au bout du territoire riverain de la communauté innue de Mashteuiatsh, le Camping Robertson s’étire sur un des plus agréables segments de plage de la région. On y rencontre plein de petites familles. Des enfants qui ne tardent pas à se faire des amis et qui ne se fatiguent pas de jouer dans l’eau, sous le regard amusé de leurs parents qui se rassemblent en soirée pour le spectacle quotidien du coucher de soleil.

Centre récréotouristique le Rigolet / Métabetchouan

Rigolet

Coup de foudre assuré… Cette plage, longue et large, est l’endroit idéal où venir passer la journée en famille ou entre amis, pour pique-niquer, faire un feu de camp sur la plage en soirée ou tout simplement pour faire une saucette rapide. C’est gratuit. La plage est surveillée par des sauveteurs. Il y a des cabines de déshabillage et des toilettes. Des jeux et des tables. L’endroit s’est beaucoup amélioré depuis quelques années avec l’ajout d’une superbe terrasse et, en complément du casse-croûte, un comptoir de jus frais et de repas légers.

Saint-Prime

St-Prime

Si on n’y porte pas attention, on risque de traverser le village de Saint-Prime sans s’arrêter ailleurs qu’au seul feu de circulation du village. Ce qui serait bien dommage, surtout pour les familles, puisque, en tournant vers le lac, à ce même feu, on va découvrir une des plus belles plages publiques du Lac. C’est gratuit et la plage est surveillée par des sauveteurs.

La Dam-en-Terre

DAM-en-terre

Les gens d’Alma sont chanceux d’avoir à deux pas de la ville un endroit comme le complexe touristique Dam en Terre qui leur assure un accès privilégié au lac Saint-Jean, la plage, la marina, la Véloroute et un camping parmi les plus beaux et les plus populaires de la région. Ils sont des centaines à se précipiter vers la Dam-en-Terre dès que le soleil se pointe le bout du nez et à faire de sa plage l’une des plus animées autour du lac.

Deux mots sur le lac Saint-Jean

D’une superficie de 1 053 km² (43,8 km de longueur et 24 km de largeur), le lac Saint-Jean est le cinquième plus grand au Québec. De forme ovale, il fait 210 km de berges et contient plus de cinq milliards de mètres cubes d’eau à son niveau le plus élevé. Tout autour, vingt et une rivières s’y jettent dont les plus importantes dans l’ordre, la Péribonka, l’Ashuapmushuan, la Mistassini et la Mistassibi, déversent à elles seules 75 % de la totalité des apports en eau.

10 raisons pour nous visiter lors du week-end de la fête du Travail

Pour beaucoup d’entre nous, la fête de la Saint-Jean-Baptiste marque le début de l’été et la fête du Travail la fin de la belle période des vacances.  Le long week-end de trois jours du début septembre est une occasion unique de profiter encore pleinement du soleil, de la chaleur et des activités touristiques que la saison estivale offre aux visiteurs. Afin de vous permettre planifier efficacement votre séjour vacances chez-nous, voici dans le désordre 10 raisons de visiter le Saguenay-Lac-Saint-Jean lors de la fête du Travail.

Raison #144  – Parce que fabriquer 60 des 350 fromages fins du Québec, ce n’est pas rien!

Avec ses neuf fromageries, le Saguenay–Lac-Saint-Jean n’a rien à envier à personne côté fromages. Ici, les traditions ne mentent pas. Les familles Perron, Boivin, St-Laurent et les autres vous le diront : « C’est que nos vaches sont heureuses! ». Surtout que pendant les vacances la route est toujours plus belle. Voilà une belle occasion de découvrir l’ensemble de nos fromageries artisanales.

Raison #125 – Pour une randonnée de 42 km la tête dans les nuages

Le sentier du Fjord – reliant le cap de la Boule (Sacré-Cœur) et Tadoussac – est une expérience à faire au moins une fois dans sa vie. Avec trois jours devant vous, le sentier, long de 42 km et longeant la rive nord du fjord, se pratique aisément. Une impression d’avoir les deux pieds sur terre et la tête légèrement accrochée aux nuages. L’arrivée surplombant la baie de Tadoussac, l’une des plus belles au monde, vaut à elle seule le déplacement.

Raison #78 – Pour la dolce vita sur la plage au coucher du soleil

Envie d’un peu de romance? On étale la couverture à carreaux sur le sable fin, on apporte son vin et on farniente sur la plage en observant les fabuleux couchers de soleil sur le lac. Profiter des 42 km de plage du Saguenay-Lac-Saint-Jean c’est aussi possible en septembre avec en prime moins de voisin à vos côtés.

Raison #15 – Pour emmener les tout-petits aux p’tits oiseaux

Au sanctuaire CIBRO de Saint-Fulgence, on est aux petits soins pour les oiseaux de proie et autres espèces en détresse. Sur le terrain ou dans les immenses volières, le plaisir de contribuer à leur « réhabilitation » donne littéralement des ailes aux petits comme aux grands. On en profite pour faire une randonnée dans les sentiers longeant les battures où résident plus de 280 espèces et finalement laissez-vous porter par la vue surplombant la rivière Saguenay. Immense!

Raison #72 – Question de jouer les Jack Kerouac le temps d’un road trip autour du lac

Du vendredi au lundi, on fait le tour du lac Saint-Jean et on s’offre le road trip le plus hot qui soit. À la Jack Kerouac, on fera des rencontres de gens vrais, souriants et attachants. On peut aussi regarder le paysage et s’arrêter casser la croûte en dégustant du fromage en crottes et en dégustant un Red Champagne. Mais, le vrai trip est souvent entre quatre yeux ou six ou huit selon que l’on est en famille.

Raison #119 -Parce que dormir dans les arbres, c’est branché!

Pas besoin de savoir grimper aux arbres pour poser le pied dans notre maison au sommet des cimes du cap Jaseux à Saint-Fulgence. Nous prenons l’escalier, tout simplement. Une fois là-haut, nous aurons droit à une véritable aire protégée. Et si vous désirez vraiment sortir de l’ordinaire essayez le tout nouveau « dôme » vitré. Une nuit à la belle étoile sous les couvertures de votre lit douillet, un « must »!

Raison #127 -Parce que notre plus célèbre Tableau ne sera jamais exposé dans un musée

Adeptes de photo, deux kilomètres après le village de Sainte-Rose-du-Nord, on s’offre la lente descente de neuf kilomètres vers Saint-Basile-de-Tableau. De là, on peut apercevoir le Tableau, l’une des parois les plus extrêmes au Québec. Le célèbre Tableau n’est accessible qu’en bateau, mais, même de loin, c’est beau alors pourquoi s’en priver!

Raison #158 – Envie d’un mini Compostelle? Direction l’Ermitage

Vous aimez marcher? Et bien vous le randonneur sportif ou contemplatif en vous adorera ce beau sentier de 215 km, qui va de Rivière-Éternité au parc national du Fjord-du-Saguenay pour se terminer à l’Ermitage Saint-Antoine de Lac-Bouchette. Un défi pour le corps et l’esprit qui apaise l’âme et ouvre grand le cœur.

Raison #154 -Pour venir saluer Mô, l’orignal

Un orignal apprivoisé? On le doit à Jimmy qui, depuis sa naissance, prend soin de Mô comme d’un membre de la famille. Le petit orignal – nourri au biberon pendant des mois – a bien grandi, et c’est dans son enclos d’une Ferme cinq étoiles de Sacré-Coeur qu’on le visite durant le long congé de la fête du Travail.

Raison #28 – Parce que les Bleuets ont le sens de la fête… c’est sûr!

Des vacances sans faire la fête c’est impossible surtout au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Depuis toujours, le pays des Géants croule sous les festivals et événements qui cultivent à tous les vents cet art de vivre exclusif aux gens d’ici et terriblement contagieux. Une grosse bière avec ça!

Et voilà, s’il vous manque encore des raisons de venir nous visiter lors des prochaines vacances de la fête du Travail vous pouvez toujours visiter notre site qui en propose 188 différentes. Vous trouverez alors sûrement chaussure à votre pied.

Pour finir là où tout a commencé

C’est en criant de surprise et de plaisir que ce groupe scolaire a accueilli la visite d’un petit rorqual.

La naissance de la Nouvelle-France et, conséquemment, du Québec et du Canada, est survenue avec l’installation européenne à Tadoussac en 1600. Tout a commencé à Tadoussac et c’est toujours avec émotion ainsi qu’émerveillement que j’y mets les pieds.

En plus, Tadoussac est lové au creux d’une baie infiniment pittoresque et en un point de rencontre incroyablement stratégique à plusieurs points de vue. À l’amorce de la Route des fourrures qui conduit jusqu’à la baie d’Hudson, l’endroit fut pendant des siècles le rendez-vous des Premières nations du Nord et de celles du Sud du Saint-Laurent. Et cela parce que, géographiquement, Tadoussac se trouve à la rencontre du fjord du Saguenay, le Chemin qui marche, et du fleuve Saint-Laurent. Mais, ce n’est pas tout. En plus, à cause de la muraille de moraine que les glaciers ont poussée devant l’embouchure du fjord, tout le krill qui arrive avec les eaux froides du courant du Labrador est bloqué devant Tadoussac et les baleines viennent ici en  nombre pour se remplir la panse et donner aux visiteurs le spectacle le plus grandiose qui soit.

J’aime Tadoussac profondément ! J’y viens le plus souvent possible. Je ne m’en lasse pas. Je m’isole dans mon petit coin secret où je plonge dans la foule bigarrée où j’entends toutes les langues puisque ce petit village attire des touristiques de vraiment partout dans le monde.

En randonnée sur la plage, au pied des dunes.

Malheureusement, je constate encore une fois que la plupart des visiteurs, même ceux qui séjournent ici, profitent bien peu des charmes du village et, surtout, de la nature spectaculaire qui l’entoure. Les gens défilent sur la rue du Bord-de-l’Eau, relaxent sur les terrains de l’Hôtel Tadoussac qui demeure l’image de marque de la destination et marchent d’une boutique à l’autre. C’est super ! Toutefois, avec un minimum de curiosité, il s’en trouve pour découvrir les nombreux sentiers de randonnée qui permettent de découvrir un Tadoussac tout autre. Tout près du quai, le sentier de la Pointe-de-l’Islet est accessible à tous et permet vraiment d’apprécier les proportions monumentales de la confluence du Saguenay et du Saint-Laurent. Et il ne faut pas hésiter à sortir des passerelles pour aller sur les rochers de la Pointe de l’Islet, tout près de l’eau, où il faut être vraiment malchanceux pour ne pas apercevoir des bélugas et des petits rorquals en plus de la circulation maritime. J’aime beaucoup le court sentier de la Coupe qui va du bout de la rue de la Coupe-de-l’Islet au stationnement du Parc national du Fjord-du-Saguenay, près du quai du traversier. On y a une vue magnifique sur le fjord. La plus belle vue qui soit sur le village, la baie, l’estuaire du Saguenay et le Saint-Laurent, on l’obtient sur le sentier Le Fjord, à partir du mont Adéla-Lessard. Le départ se trouve en face du stationnement du parc, à côté de la pisciculture. Il s’agit de la première partie d’un sentier de longue randonnée. Elle fait à peine 2 km mais est très escarpée et assez difficile. Il faut aussi découvrir le secteur des dunes de sable, au bout de la rue des Pionniers et du chemin du Moulin-à-Baude. Je vous recommande chaudement la descente vers la plage à partir de la maison des Dunes et une marche vraiment agréable, surtout avec les enfants.

Le Camping Tadoussac offre le plus beau point vue qui soit à partir d’un terrain de camping.

Quant à moi, hier, je me suis installé au Camping Tadoussac qui, de l’avis général, est le camping qui offre le plus beau point de vue au Québec. Et je suis d’accord.  Je n’ai pas pu m’empêcher de retourner faire une excursion aux baleines. Ça fait 100 fois mais je ne me tanne pas. Et il faisait tellement beau ! Je suis monté à bord du Tadoussac III du Groupe Dufour, un bateau que j’apprécie beaucoup parce qu’il représente le compromis idéal entre les gros navires d’observation et les petits pneumatiques. Mais, une chose est certaine, vous avez autant de chances de voir des baleines peu importe la grosseur du bateau. La saison des baleines commence à peine et nous ne sommes pas encore dans la meilleure période puisque les grands rorquals ne sont pas encore arrivés. Dès le départ, de nombreux bélugas sont apparus dans les eaux voisines du bateau. Il est interdit de courir après les bélugas, cependant, si les bélugas viennent autour, on ne peut pas les chasser et autant en profiter pour les admirer s’ébattre avec leurs bleuvets. Plus loin, notre embarcation côtoyait un pneumatique rempli d’un groupe scolaire. Les cris des jeunes observateurs ont bien traduit leur surprise et leur ravissement lorsqu’un petit rorqual est apparu tout près d’eux. Un seul grand rorqual s’est manifesté mais, au total, ce fut une belle sortie qui s’est terminé dans le fjord.

Et une fin parfaite pour cette Grande Virée 2011 que je vous remercie d’avoir suivi avec autant d’intérêt dans Le Quotidien, à CBJ Radio Canada avec Doris Larouche, au FM 98 avec Myriam Segall, sur le blogue des Géants de Tourisme Saguenay-Lac-Saint-Jean ainsi que sur ma page Facebook. Ce fut merveilleux de partager mes plaisirs avec vous. À bientôt !

« Articles plus anciens