Blogue officiel Tourisme Saguenay-Lac-St-Jean

BlogueLe Saguenay-Lac-Saint-Jean est une région vaste qui dispose d’une offre touristique très variée. Afin de vous aider à planifier vos vacances, l’équipe du blogue des Géants cherchera à vous informer sur les toutes dernières nouveautés, nos bonnes adresses et sur les personnes qui feront de votre prochain séjour chez-nous un succès. Sans compter que vous en apprendrez sur le milieu touristique, son fonctionnement et ses secrets. Une mine d’information provenant d’une équipe d’expérience, voilà ce que nous avons à offrir.

10 points de vue inoubliables sur la Véloroute des Bleuets

Tout au fil de ses 256 km de choses tranquilles, la Véloroute des Bleuets  peut offrir des perspectives visuelles spectaculaires qu’il faut prendre le temps d’admirer.

Il s’en trouve naturellement pour ne s’intéresser qu’à l’exploit sportif, au défi personnel et à la performance. Ceux-là roulent tête basse, le nez sur la roue avant et l’arrière-train bien relevé. Pour ces athlètes, admirer le paysage peut être une perte de temps…

Puis il y a ceux qui font du vélotourisme. Qui prennent le temps de regarder autour. De s’arrêter aux haltes pour placoter. Un cornet à Saint-Cœur-de-Marie… Une bière à Saint-Gédéon… Un peu de fromage en crottes à Saint-Félicien… On s’assoit sur tous les bancs qu’on croise et on s’accorde le droit de s’émerveiller devant les splendeurs du Pekuakami.

Démarrons notre virée contemplative à l’Odyssée des Bâtisseurs, à Alma, en nous engageant sur la piste dans le sens des aiguilles d’une montre. Voir la carte.

1- Je vous recommande vivement la traversée de la Grande-Décharge du lac en bateau-navette, dès le départ, plutôt que la voie urbaine dépourvue de poésie. On y aperçoit l’imposant barrage hydroélectrique, d’un côté, puis on devine le lac et ses îles au loin, de l’autre côté, puisque nous n’y sommes pas encore tout à fait.

Traversée de la Grande Décharge

2- En arrivant sur le Rang des Îles, après le golf de St-Gédéon, on surveille le chemin du Quai et on quitte la route jusqu’au quai, à quelques centaines de mètres, pour jouir de la vue extraordinaire sur les îles de notre mer intérieure.

P1120446

3- On traverse quelques belles sections ombragées et quelques champs le long de la voie ferrée jusqu’à Métabetchouan où il faut aller admirer l’une des plus belles plages jeannoises, Le Rigolet. Si vous avez pensé à apporter votre maillot, vous pourrez l’enfiler puis vous rassasier avant de repartir.

P1040208

4- Un des panoramas les plus saisissants sur le lac Saint-Jean survient à la sortie de Métabetchouan, juste au-dessus de la première montée qui nous hisse sur le plateau agricole. Un horizon pleine largeur qui dévoile aussi une longue rive escarpée.

P1050884

5- Toute la section de Métabetchouan à Roberval réserve de magnifiques observations aux cyclistes puisque la proximité du plan d’eau et la perspective en hauteur y sont à leur meilleur.

6- La halte routière de Desbiens demeure incontestablement l’un des belvédères les plus impressionnants dominant le lac Saint-Jean. Cependant, une fois satisfaits visuellement, prenez le temps de redescendre le long de la route et de vous engager sur le chemin du Petit-Rocher jusqu’à un petit parc aussi charmant que tranquille, posé sur la rive. En continuant à vélo, vous rejoindrez la Véloroute en haut de la halte routière.

P1010203

7- À Mistassini, on croise un court segment qui peut s’avérer drôlement impressionnant lorsque le niveau d’eau est élevé. Il s’agit de la traversée du camping qui longe la Chute-des-Pères qui coule souvent avec une rage et une puissante effrayantes.

P1040754

8- C’est dans l’immense plaine agricole du nord du lac Saint-Jean, cette région qu’on appelle ici la Friche, aux portes du Pays de Maria-Chapdelaine, que l’on croise nombre de villages charmants qui tentent de vivre de la forêt, des champs de canola jaunes comme le soleil et d’immenses bleuetières bleues comme le ciel.

P1060512

9- Un autre milieu naturel exceptionnel assure un long contact intimiste avec le plan d’eau et sa plage de plus de 10 km, celui du Parc national de la Pointe-Taillon que l’on franchit de part en part en enjambant la superbe passerelle sur pilotis de Sainte-Monique.P1050667

10- Avant de revenir au point de départ, il y a un autre endroit que j’aime bien. C’est ce court détour dans le champ en culture au sortir de Saint-Cœur-de-Marie. Quelques kilomètres de belle piste qui nous permette d’admirer l’entrée de la Grande-Décharge et le clocher du village.

P1000213

C’est ainsi qu’on termine la virée les yeux grands écarquillés d’avoir tant vu de merveilles !

Une fin de semaine au parc national des Monts-Valin

14-Des paysage d'un autre monde@Charles-David_Robitaille

Je suis de retour d’une fin de semaine dans le parc national des Monts-Valin, à peine à quelques pas de Saguenay, et pourtant, j’ai l’impression de revenir d’un autre monde. Mon aventure a commencé avec un trajet d’une trentaine de minutes en navette qui m’a conduit à l’entrée de la fameuse Vallée des Fantômes. C’est à cet endroit que se situe mon chalet EXP qui, à lui seul, vaut le détour.

Chalet EXP

J’ai choisi d’explorer le parc en ski Hok (un équipement entre le ski de fond et la raquette). C’est vraiment un outil bien adapté à ce type de terrain de jeux. Pour ma première journée, j’ai commencé par visiter la Vallée des Fantômes sur le sentier qui mène au Pic-Dubuc. Du haut de ses 984 mètres, ce pic est le plus haut sommet du parc et la végétation y est vraiment particulière. C’est à cet endroit que j’ai retrouvé le très sympathique Robert, notre guide pour une sortie hors-piste, ainsi qu’une dizaine d’autres explorateurs qui ont vécu cette déroutante expérience avec moi.

Le plein air permet souvent de belles rencontres et ce fut encore le cas pendant cette fin de semaine. J’ai été invité à passer la soirée chez mes nouveaux amis au Pavillon Antoine-Dubuc. Pour ma dernière journée, j’avais planifié de revenir jusqu’au centre des découvertes en passant par la contrée des momies et ses pics (Pic-de-la-Hutte, Pic-du-Grand-Corbeau et Pic-de-la-Tête-de-Chien). Sommets et vallées se sont succédé et les adjectifs me manquent pour décrire la beauté de ces lieux.

raquette

Les cuisses bien molles et la tête remplie d’images, j’ai quitté le parc national des Monts-Valin en espérant y retourner le plus rapidement possible. (Les images sont ici !!!)

 

Photographier l’automne

16-pour photographier des rivières et des chutes4@Charles-David Robitaille

 

L’automne, c’est beau et ça sent bon. J’adore le photographier dès que l’occasion se présente. J’aime les randonnées en couple, les sorties en famille en vélo de route ou entre amis en vélo de montagne, les petites marches en famille dans les boisés de la ville et les moments seul en forêt. Je trimbale toujours mon appareil photo avec moi, car les possibilités de produire de belles images sont très élevées en toutes circonstances.

Si les journées sont ensoleillées, je chercherai à privilégier les paysages ouverts en plan large. Lors de journées plutôt nuageuses, les plans plus serrés, en forêt, seront alors envisagés, car les contrastes sont beaucoup moins prononcés. J’aime même les jours de pluie; on peut alors obtenir des couleurs vraiment saturées.

Dans le fond, peu importe la température, il faut sortir dehors en automne. Amusez-vous avec votre appareil photo (et allez voir ces images) !

« Articles plus anciens