Blogue officiel Tourisme Saguenay-Lac-St-Jean

BlogueLe Saguenay-Lac-Saint-Jean est une région vaste qui dispose d’une offre touristique très variée. Afin de vous aider à planifier vos vacances, l’équipe du blogue des Géants cherchera à vous informer sur les toutes dernières nouveautés, nos bonnes adresses et sur les personnes qui feront de votre prochain séjour chez-nous un succès. Sans compter que vous en apprendrez sur le milieu touristique, son fonctionnement et ses secrets. Une mine d’information provenant d’une équipe d’expérience, voilà ce que nous avons à offrir.

Lac-Saint-Jean : un paradis boréal gourmand!

C’est bien connu, le Lac-Saint-Jean est une destination prisée tant par les Québécois que par les touristes qui recherchent des paysages photogéniques et des établissements des plus accueillants. Saviez-vous qu’on y retrouve également plusieurs adresses de la Zone boréale, cette association de producteurs et d’ambassadeurs de saveurs qui souhaitent mettre en lumière le meilleur de ce que le Saguenay-Lac-Saint-Jean a à nous offrir?

Partons donc à la découverte de ces arrêts gourmands aux alentours du lac et sur ses rives, un parcours idéal pour un long week-end ou vos prochaines vacances. Lors de mon séjour, je suis arrivée doucement aux abords de cette spectaculaire étendue d’eau, commençant mes explorations à Saint-Nazaire et finissant à Saint-Félicien, en passant par la rive nord du lac. Si vous avez le temps, je vous recommande d’en faire un tour complet pour bien saisir son immensité et les multiples points de vue qui le ponctuent.

Vos premiers pas à Alma

Prenez la route tôt le matin pour ne rien rater de votre première journée qui sera bien remplie! Cap sur Alma pour un lunch à L’Exode Café dont les sandwichs et les salades confectionnés à partir de produits locaux vous donneront toute l’énergie nécessaire pour la suite du voyage.

Exode Cafe - Jennifer Dore Dallas - salle Exode Cafe - Jennifer Dore Dallas - repas

Parcourez le parc thématique L’Odyssée des Bâtisseurs, enfourchez votre vélo pour une balade le long de la Véloroute des Bleuets ou sirotez un bon latté au Café du Clocher. Les possibilités sont nombreuses! En soirée, posez vos bagages dans votre chambre aux allures modernes à l’Auberge-bistro Rose & Basilic avant de rejoindre le restaurant de l’établissement dont l’ambiance chaleureuse vous mettra l’eau à la bouche, sans parler des produits du terroir disponibles au menu.

Auberge-bistro Rose et Basilic - Jennifer Dore Dallas - salle a manger du bas Auberge-bistro Rose et Basilic - Jennifer Dore Dallas - general tao Auberge-bistro Rose et Basilic - Jennifer Dore Dallas - lit

Le lac Saint-Jean, de Saint-Nazaire à Saint-Félicien

Toute fin de semaine mérite un brunch du dimanche et l’expérience sera riche en saveurs À l’Orée des Champs de Saint-Nazaire. La ferme gourmande est spécialiste de l’agneau depuis plus de 80 ans et cette viande de la Zone boréale, entre autres plaisirs, est maintenant servie dans la superbe grange toute de bois qui vous accueillera pour le repas.

A loree des champs - Jennifer Dore Dallas - bois A loree des champs - Jennifer Dore Dallas - brunch A loree des champs - Jennifer Dore Dallas - salle a manger

Reprenez tranquillement la route vers Saint-Gédéon en admirant le paysage qui se métamorphosera rapidement devant vos yeux. Vous apercevrez bientôt le fameux lac Saint-Jean qui vous attendra un peu plus tard pour une collation sur ses rives. Faites donc provision de fromages et de pains au bistro-boulangerie Médard, un incontournable, tout comme la Microbrasserie du Lac-St-Jean située dans le même village.

Sans compter les nombreux arrêts-photos que vous effectuerez, la route vers Saint-Félicien par le sud du lac dure environ une heure. Arrêtez-vous çà et là pour prendre un bon bol d’air frais avant d’arriver à votre destination, l’Auberge des Berges.

Auberge des Berges - Jennifer Dore Dallas - litAuberge des Berges - Jennifer Dore Dallas - chambre

Ne ratez surtout pas le coucher de soleil qui est simplement spectaculaire depuis la terrasse des lieux. Savourez ce moment avant de passer à table À l’Audace boréale, une adresse gastronomique qui fait la fierté des propriétaires, Mireille et Jacques, ambassadeurs de saveurs de la Zone boréale. Mon coup de cœur? L’Aventure nordique, une surprise culinaire qui vous permettra de savourer les spécialités régionales élaborées au gré des inspirations en cuisine. Du mercredi au samedi, vous pourrez aussi terminer la soirée à la microbrasserie La Chouape, à quelques minutes de l’auberge.

Auberge des Berges - Jennifer Dore Dallas - Parmentier Auberge des Berges - Jennifer Dore Dallas - salle a manger

Des classiques jeannois à ne pas manquer

Certains grands classiques du Lac-Saint-Jean méritent qu’on s’y attarde plus longuement, c’est le cas du Zoo sauvage de Saint-Félicien que vous pourrez visiter après le déjeuner. En fin d’après-midi, arrêtez-vous au Musée du Cheddar de la Vieille fromagerie Perron pour une dégustation de fromages régionaux ou encore un atelier d’initiation à la fabrication du fromage. Vous pourrez même rapporter votre création!

Vieille fromagerie Perron Restaurant Chez Perron

Après un séjour au Lac-Saint-Jean, je suis convaincue que serez vous aussi charmé par la passion dont les ambassadeurs de saveurs de la Zone boréale témoignent au quotidien dans leur mission. Fort à parier que vous voudrez poursuivre vos explorations plus longuement!

À quand votre passage au Lac-Saint-Jean?

Bon voyage,

Jennifer Doré Dallas
du blogue
moimessouliers.org

Le petit guide de la location de chalet

Crédit photo : Mont-Vilain

Crédit photo : Mont-Vilain

Si on fait un survol rapide de l’année, on se rend compte qu’il y a plein d’occasions où on souhaite louer un chalet : le temps des Fêtes, la Saint-Valentin, la relâche scolaire, les vacances d’été, les fins de semaine d’automne, etc. Pour relaxer, pour voyager, pour profiter de la nature, pour se retrouver entre amis, bref, toutes les raisons sont bonnes! Je souhaite vous partager quelques trucs pour louer le chalet qui saura répondre à vos souhaits. La région du Saguenay-Lac-Saint-Jean présente plusieurs possibilités, examinons-les.

Qu’est-ce que vous cherchez?

Avant toute chose, il faut avoir une idée de ce qui vous intéresse. On doit se poser quelques questions : est-ce que je veux faire des activités plein-air ou encore profiter d’un centre de santé? Le territoire géographique du Saguenay-Lac-Saint-Jean propose des options aux antipodes : en bordure du lac Saint-Jean, en forêt, dans les montagnes près des pentes de ski, près du fjord du Saguenay et plus encore.

Mon conseil : été comme hiver, n’essayez pas de trouver un chalet qui sera situé près de toutes les activités que vous voulez faire. Si vous souhaitez profiter de la plage principalement et que vous voulez visiter un musée puis une fromagerie, optez pour le chalet près de la plage, votre activité numéro un.

 

Parlons budget

L’éventail des coûts dans la location de chalets est très large au Saguenay-Lac-Saint-Jean comme dans tout le Québec. Il varie selon la saison, selon le nombre de personnes, selon sa localisation, etc. On peut trouver des hébergements à partir d’une soixantaine de dollars par nuit, mais difficile de vous dire exactement combien coûtera le séjour que vous cherchez.

Mon conseil : premièrement, établissez votre budget par personne et par nuit. Deuxièmement, décidez quelle activité sera au coeur de votre séjour et troisièmement, évaluez la position géographique des chalets présélectionnés. Ça vaut le coût parfois de débourser plus pour être situé tout près des pentes où l’on veut skier, par exemple, que de faire plusieurs minutes de voiture pour s’y rendre.

 

Des forfaits gagnants

Il y a des endroits où le prix de la nuit comprend d’autres éléments comme des repas, des accès des activités ou des rabais. Encore une fois, selon votre intérêt, misez sur les hébergements qui sont reconnus pour l’activité que souhaitez faire.

À titre d’exemple, le parc national des Monts-Valin offre un forfait hivernal qui comprend le transport en navette (qui représente 57,50 $ par adulte) et un forfait pêche comprenant le droit d’accès ainsi que l’embarcation pour 94,35 $ par personne par nuit.

Un autre bon exemple est la Dam-en-Terre d’Alma qui dispose aussi d’un forfait spécial pour les motoneigistes qui comprend la nuitée dans les condos et un repas.

Mon conseil : surveillez les promotions en lien avec les fêtes du calendrier comme la Saint-Valentin ou Noël.

 

Voici quelques suggestions intéressantes et ciblées selon des activités précises. Bien entendu, la région en offre plusieurs autres que vous trouverez sur le site de Tourisme Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Skier au Mont-Édouard — Centre de villégiature Au pied d’Édouard

Le duo ski et chalet est un incontournable de l’hiver québécois. La recette est simple : skier toute la journée et se retrouver dans le confort d’un chalet entre amis ou en famille. Dans le style condotel, je vous conseille le Centre de villégiature Au pied d’Édouard et comme son nom l’indique, il est situé directement au pied des pentes. Les condotels accueillent entre deux et 10 personnes. Vous bénéficierez aussi d’un 10 % de rabais pour l’accès au spa situé tout près.

Visiter les attraits touristiques situés au nord de la région — Site touristique de la Chûte à l’Ours

Les chalets sur pilotis du Site touristique de la Chûte à l’Ours sont très bien situés pour faire plusieurs activités dans ce secteur (en plus d’être à 25 mètres au-dessus de la rivière!). À quelques minutes du Zoo sauvage de Saint-Félicien, du Village historique de Val-Jalbert, de la fromagerie Perron, du parc à loups Mahikan, des économusées Délices du Lac-Saint-Jean et du Pelletier-Bottier (Bilodeau Canada), ces chalets sont une excellente option, peu importe la saison.

Pour la plage, le vélo ou la motoneige — Vauvert-sur-le-Lac

D’abord pour la vue qu’ils offrent sur le lac, ensuite pour leur proximité à la merveilleuse plage blonde. Les chalets de Vauvert-sur-le-Lac sont très bien équipés et parfaits pour les familles. Ils sont « quatre saisons » donc ils conviennent autant aux adeptes de motoneige que de vélo! Ils accueillent entre deux et quatre personnes.

À motoneige — Mont-Vilain

Leurs chalets sont « wow » et ils ont tout du parfait relais de motoneige! Pour vous situer, le Centre plein-air Mont-Vilain est situé à Lamarche à environ une heure (en voiture) au nord-ouest de Ville Saguenay. Leur forfait sur-mesure pour les motoneigistes comprend la nuitée en chalet (deux à six personnes), le souper table d’hôte quatre services et le déjeuner à la carte, et ce, à partir de 125,00 $ en occupation double. Une très bonne offre!

Relaxer au spa — Chalets et Spa Lac Saint-Jean

Face au lac Saint-Jean, dans le confort d’un chalet, c’est la grande détente! Toutes les saisons sont propices à la découverte d’un spa nordique. Alors, pour un séjour presque parfait, louez votre chalet, choisissez votre forfait santé et relaxez. Différents chalets sont disponibles allant de deux à six chambres et attendez de voir la quantité de soins offerts!

Et si on ne souhaite pas cuisiner dans notre chalet parce qu’on se paie de vraies vacances, on n’a qu’à profiter du restaurant qui est sur place.

 

L’art de la cueillette de bleuets

Bleuet-MaryseLamontagne

Cueillir le bleuet est un art. L’art de Dame Nature. Les meilleures conditions météo doivent être réunies afin que des milliers de bleuets couvrent les champs rougeâtres à l’été. Depuis quelques dizaines d’années, Gisèle fait partie de ceux qui maîtrisent l’art de la cueillette de bleuets. Grâce à son témoignage, je plonge quelques instants dans son univers qu’est la cueillette de bleuets dans le secteur nord du Lac-Saint-Jean.

La cueillette dans une bleuetière coopérative

La coopérative dont fait partie Gisèle existe depuis plus de 50 ans. Cette bleuetière sauvage fut défrichée et ensuite organisée en coopérative afin qu’un grand nombre de gens en tire avantage. Chaque matin, les 60 membres se rendent très tôt au champ pour cueillir les bleuets selon le nombre de boîtes qu’il leur est fourni. Ils se présentent alors à l’entrée de la bleuetière puis, selon l’avancement de leur cueillette, une nouvelle parcelle de champ leur est attitrée au sort ou bien, ils continuent avec celle qu’ils ont déjà débutée. Une parcelle plus remplie de bleuets est plus longue à cueillir qu’une qui est moins garnie. « Lorsqu’on a terminé notre parcelle, le surveillant de la bleuetière vient vérifier s’il reste des bleuets. Il ne doit pas en rester du tout! » souligne Gisèle.  Une fois leurs boîtes remplies à craquer, tous les membres les rassemblent dans un entrepôt et un camion vient les chercher pour les apporter à l’usine de congélation.

Fidèle membre depuis 25 ans, Gisèle a eu le privilège de vivre de grands changements. D’une cueillette effectuée à la main jusqu’à l’arrivée du tracteur spécialement conçu pour cela, elle s’est adaptée à ces nouvelles façons de faire. « Au début, c’était avec ce qu’on appelle un peigne et ça prenait trois fois plus de temps qu’aujourd’hui. Ensuite, j’ai connu la machine à deux roues qu’on poussait en marchant et en 2016, on utilise le tracteur ». Évidemment, avec ces améliorations elle a rapidement remarqué que le rendement est amélioré et que la cueillette est plus rapide.

Selon Gisèle, un des grands défis avec lequel elle doit composer est la météo, car cela influence l’efficacité de la cueillette. L’objectif est de ne pas laisser de petits fruits bleus dans la parcelle de terrain qui leur est attribuée, et ce, malgré une grosse averse. Les champs doivent être récoltés au maximum. (Les bleuets sont tellement bons qu’on ne voudrait pas en laisser un seul en oubli!) Comme la récolte de bleuets doit avoir lieu dans un délai de quelques semaines, la cueillette en coopérative est très bien organisée et son fonctionnement est rigoureux : « on doit suivre une réglementation pour s’assurer d’une cueillette efficace, cela ne doit pas être fait n’importe comment et n’importe où dans le champ ». Un conseil d’administration s’assure de mettre en place cette réglementation.

Les bons moments qui y sont créés

En terminant, j’ai senti tout le bonheur qu’éprouve Gisèle à se présenter matin après matin à la bleuetière lorsqu’elle me parlait de son plaisir à se retrouver en pleine nature. « En plus du bien-être que j’ai d’être dehors au petit matin, la cueillette c’est libérateur. Pour moi, c’est presque une religion! » Elle aime aussi retrouver les autres membres pour discuter de tout et de rien… et de bleuets, car chaque matin de la période de cueillette, ils se rassemblent à l’entrée de la bleuetière quelques instants, le temps d’attribuer les parcelles. Des liens se sont donc créés après tous ces matins, toutes ces années. Je sais également que c’est un véritable plaisir pour Gisèle de partager son monde bleu avec sa famille et ses petits-enfants. Bien sûr, les petits en mangent plus qu’ils en cueillent mais comment ne pas résister?

Bleuetiere-Gisele

Je remercie Gisèle pour son précieux témoignage qui m’a permis de faire une incursion dans l’univers de la cueillette de bleuets en coopérative. Elle a eu la gentillesse de nous fournir une photo d’elle à l’œuvre.

« Articles plus anciens