Blogue officiel Tourisme Saguenay-Lac-St-Jean

BlogueLe Saguenay-Lac-Saint-Jean est une région vaste qui dispose d’une offre touristique très variée. Afin de vous aider à planifier vos vacances, l’équipe du blogue des Géants cherchera à vous informer sur les toutes dernières nouveautés, nos bonnes adresses et sur les personnes qui feront de votre prochain séjour chez-nous un succès. Sans compter que vous en apprendrez sur le milieu touristique, son fonctionnement et ses secrets. Une mine d’information provenant d’une équipe d’expérience, voilà ce que nous avons à offrir.

Un lac, une fée et des fantômes

Caverne Trou de la fée-WEB-4

La semaine dernière, une petite excursion de deux jours nous a amenés à explorer une partie du Lac Saint-Jean: Desbiens et Val-Jalbert. L’été s’était enfin bien installé (c’était un peu trop long à mon goût cette année) avec le soleil et toute la petite famille était très enthousiaste à l’idée d’aller visiter Parc caverne du Trou de la fée. François, mon petit explorateur, espérait bien y trouver un trésor.

Caverne Trou de la fée-WEB-2

En partant le matin, j’étais loin de me douter que je manquerais de temps pour tout voir ce merveilleux site. Bien sûr qu’il y a le sentier pour se rendre à la caverne. Une fois sur place, un guide nous aide à y accéder et nous raconte l’histoire du Trou de la Fée. On y fait même le test de la noirceur totale, noir comme dans « tu  ne vois pas ta main en face de toi ».

Caverne Trou de la fée-WEB-3

Mais le site compte en fait un total de neuf sentiers. Nous en avons fait cinq, ceux qui sont recommandés pour le parcours touristique.

Caverne Trou de la fée-WEB-6

Caverne Trou de la fée-WEB-5

« La coulée verte » c’est le nom d’un des sentiers qui ressemble à la jungle amazonienne. Je vous le jure, une forêt amazonienne avec sa mousse, ses petites cascades et son vert dense.  J’avais l’impression d’être au Costa Rica. La majorité des sentiers ont conservé  leur côté naturel, nous faisant gambader de rocher en rocher. Beaucoup plus agréable ainsi à mon avis.

Caverne Trou de la fée-WEB-8

Après notre merveilleuse après-midi, j’étais bien déçu de devoir quitter les lieux. J’aurais aimé avoir le temps de profiter de la tyrolienne et explorer les plus longs sentiers pour randonneurs avertis. Le parcours principal de l’ancien barrage est aussi accessible le soir et tout un système d’éclairage y est installé afin d’admirer la chute en soirée.

Cette journée s’est terminée à un endroit ou vous devez dormir au moins une fois dans votre vie: Le Village Historique de Val-Jalbert. De nature assez rêveuse, je n’ai eu aucun problème à me laisser emporter par les lieux, complètement déconnectée du reste du monde. J’ai été dépaysée! On a l’impression qu’une bulle temporelle nous englobe, nous permettant de vivre le passé comme nulle part ailleurs. Complètement autonome par son hébergement, son restaurant et son transport. Et il y a la chute de jour, mais aussi la chute de nuit, wow! Moi et Marie-Andrée y serions restés des heures et des heures à l’admirer. Une fois de plus, j’ai dû essuyer des larmes en partant. « Mais Maman, jamais je ne reverrai la chute avec toutes ses lumières » Décidément, je manque de temps partout où je vais. Alors, ne soyez pas surpris si je vous dis encore une fois que j’ai manqué de temps pour tout faire à Val-Jalbert. J’aurais repris le petit train mille et une fois juste pour le plaisir de circuler comme bon me semble. Géocaching, ballade guidée en train, village animé, téléphérique, sentier, spectacle immersif, de quoi s’occuper toute une journée.

Chute Val Jalbert nuit-WEB-1

« Et puis les enfants, avez-vous vu des fantômes cette nuit? » Le silence s’est installé et ils m’ont regardée, les yeux grands ouverts d’inquiétude, se demandant bien pourquoi je leur demandais ça. Intérieurement, je me félicitais d’avoir omis cette information la veille au soir. Dormir dans un village fantôme, ça peut donner la frousse!

Val Jalbert-hebergement-WEB-8

Les villages du Saguenay-Lac-Saint-Jean – 3 lieux uniques à découvrir

Ils sont charmants, accueillants et gardent parfois des secrets.  Les villages du Saguenay-Lac-Saint-Jean renferment des lieux uniques à découvrir.

La Chute-aux-galets

Une courte randonnée de 1.2 km vous conduira à surement une des chutes les plus spectaculaires du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Bien que la Chute-aux-galets fait 20 mètres de hauteur, ce n’est pas tant sa hauteur qui la rend si éblouissante, mais plutôt sa dégringolade à travers les galets entre le lac Sébastien et les rapides des Boucher. Les couches de galet qu’on peut voir sont en fait formées de roches ignées datant de la période paléozoïque de -541 à -252 millions d’années! Comment on s’y rend? On se dirige d’abord vers Saint-David-de-Falardeau (à 29 km de Chicoutimi) où on emprunte le boulevard Saint-David qui traverse le village complètement et qui, plus loin, devient le 2e rang qu’on suit, jusqu’au chemin de la Traverse. On termine ensuite la route sur le chemin de la Chute-aux-Galets. Rendu à destination, on admire et on apprécie la quiétude des lieux. Imaginez cet endroit l’hiver..!

La Chute-aux-Galets à Saint-David-de-Falardeau © Réal Tremblay

Le Petit marais

Le Petit marais de Saint-Gédéon est un véritable paradis pour ceux qui aiment observer la faune et la flore! Dans ce marais vit plus de 200 espèces d’oiseaux, 30 espèces de canards, 16 espèces de poissons et plus de 200 types de plantes. C’est d’ailleurs à cet endroit que vous pourrez voir la seule colonie de Guiffettes noires de la région. Bref, ce marais est un lieu d’ornithologie reconnu à travers le Québec grâce à la diversité des espèces qu’on y retrouve. Depuis 1993, c’est la Corporation de gestion du Petit marais qui veille à protéger l’habitat de ces petites espèces et à l’aménager, pour permettre aux visiteurs d’apprécier ce petit écosystème.  Pour se rendre au marais, c’est intéressant (et même rafraichissant!) de débuter la marche à la Microbrasserie du lac Saint-Jean. Comptez environ 30 minutes pour vous rendre au marais ainsi qu’au sommet du belvédère du «cran des pêcheurs».

Petit-Marais à Saint-Gédéon

Le Petit marais à Saint-Gédéon

Le lac Tchitogama

Aménagé en 2012, le sentier éducatif du lac Tchitogama nous offre une vue à tout casser! Durant les 2.5 km qu’il faut marcher pour se rendre sur les berges du lac, le sentier dévoile à plusieurs endroits les marques de l’histoire géologique du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Vous en apprendrez plus sur la formation du lac Saint-Jean et entre autre, sur la mer de Laflamme, créée par la fonte des glaciers, elle occupait autrefois toute l’étendue de la plaine du lac Saint-Jean. Il y a donc tout au long du parcours des panneaux qui expliquent ces événements géologiques. Intéressant, non? Vous repartirez de Lamarche avec encore plus de connaissances sur la région! Arrivé au bout du sentier, à la Pointe d’Appel (une petit péninsule fréquentée par les populations autochtones durant plus de 5000 ans), l’heure est au pique-nique! Tout est bien aménagé pour passer un bon moment au bord du lac Tchitogama.

Lac Tchitogama à Lamarche © Eve Tremblay

Vous vous en doutez, le Saguenay-Lac-Saint-Jean regorge d’endroits ravissants et c’est pourquoi il faut parfois s’aventurer loin des grandes villes et des endroits habituellement fréquentés. Peut-être que vos meilleurs souvenirs de vacances se cachent dans un de nos petits villages?

Des trésors à découvrir

Sur un territoire délaissé par les touristes et les Bleuets eux-mêmes, on trouve de véritables trésors naturels qui sont pourtant presqu’à portée de main. La chute Gagnon de Saint-Ambroise, le site de Chute-aux-Galets de Saint-David-de-Falardeau et le lac Tchitogama de Lamarche s’avèrent de pures merveilles qu’il faut découvrir.

Sur les hauteurs des rives escarpées du grand lac Tchitogama, Nicole Dupont et Reynald Lessard se sont bâti un nid de retraite confortable et spectaculaire pour le partager avec leurs visiteurs de partout dans le monde. Chaque fois que leur regard porte au loin, c’est ce lac incroyablement fabuleux, sauvage, majestueux et impressionnant qu’ils admirent. Le lac Tchitogama repose dans une faille parallèle au Saguenay et s’ouvre sur la Péribonka comme un bras de 15 kilomètres de longueur, perpendiculaire à la rivière. Paradis des pêcheurs, il devient de plus en plus celui des villégiateurs et, aussi, des kayakistes.

Nicole et Reynald de la résidence de tourisme Brise du lac

Nicole et Raynald sont tombés en amour avec le lac Tchitogama il y a déjà presque 30 ans alors qu’il on fait l’acquisition d’un petit chalet rustique incroyablement bien situé, sur la pointe de Rappel qui divise la rivière et le lac. Aujourd’hui, ils tiennent la résidence de tourisme Brise du Lac et proposent une formule de location d’appartement, sans repas, pour des séjours d’au moins quelques jours. Rattaché à leur maison, l’appartement moderne compte trois chambres et un espace cuisine-salon, sur trois étages, avec deux balcons et un spa intérieur avec vue. À cela s’ajoute l’accueil infiniment chaleureux de ce couple attachant qui souhaite ardemment faire partager sa passion envers le lac. Pour ce faire, ils offrent en introduction une longue balade en ponton d’un bout à l’autre du lac avec l’identification de tous les points d’intérêt. Les visiteurs pourront ensuite partir en kayak ou en canot pour aller grimper dans les cascades, prendre un bain de glaise et se baigner sous la chute, lézarder sur les plages ou taquiner le doré puis se laisser éblouir par le coucher de soleil. Pour s’y rendre, on traverse la municipalité de Lamarche et on continue tout droit, jusqu’après le camping municipal et le complexe touristique Scoobyraid.

Chute-aux-Galets

À quelques kilomètres de Saint-David-de-Falardeau, sur la rivière Shipshaw, le nom de Chute-aux-Galets est entré dans notre histoire à cause du barrage qui a été construit en 1921 à la décharge du lac Sébastien. Mais il y avait bien avant une chute impressionnante qui tombait d’une falaise de roche calcaire, d’où la référence aux galets. Cette formation ressemble d’ailleurs étrangement à certains paysages de l’île d’Anticosti avec son amorce de canyon, ses falaises abruptes et ses fossiles. En 1998, la municipalité de Falardeau a aménagé une passerelle qui permet d’enjamber la rivière Shipshaw et d’accéder à un sentier, ou plutôt un trottoir, de 1,2 km de longueur. La première section est même accessible aux poussettes mais un escalier assez vertigineux fait ensuite grimper les exigences. Le trottoir se poursuit jusqu’à un belvédère en face de la chute. Avec beaucoup de précautions, certains se rendent sur la formation rocheuse, encore plus près de la chute, et découvrent là un spectacle d’autant plus grandiose que la chute est actuellement plus grosse qu’elle ne l’a jamais été. Pour prolonger la randonnée, on peut poursuivre sur 3,8 km en aval de la rivière, en suivant la piste qui débute au bout de la passerelle, à gauche du trottoir.

Pour s’y rendre, on tourne à l’église de Falardeau et on roule jusqu’à la centrale électrique et encore un km plus loin, jusqu’au stationnement.

Caroline Boies admire le barrage et la chute aux Galets à partir du trottoir pédestre.

Caroline Boies admire le barrage et la chute aux Galets à partir du trottoir pédestre.

Chute Gagnon

Elle est moins connue, parce que le sentier y a été aménagé récemment, mais elle n’en est pas moins magnifique. Nous sommes encore sur la tumultueuse rivière Shipshaw. La municipalité de Saint-Ambroise a aménagé un superbe sentier de 2 km, facile et accessible à tous, qui longe la rivière et grimpe jusqu’au sommet de cette chute qui se distingue plus par sa configuration et sa largeur que par sa hauteur. La rivière se divise ici sur une île rocheuse que l’eau contourne avant de se précipiter dans quatre cascades puissantes en plus de la chute principale. Tout un spectacle qu’on contemple du gazebo sans se lasser. Surtout à ce temps-ci de l’année alors que la chute est au maximum de sa force.

Question pratique, je vous conseillerais de vous stationner sur l’emplacement qui se trouve à 100m du départ du sentier puis de faire un aller-retour. Vous pouvez aussi vous rendre au bout du chemin et accéder plus rapidement à la chute, mais laissez l’auto au stationnement, près de la grande pancarte. Le reste du chemin n’est pas vraiment carrossable, sauf en QUAD.

Pour vous y rendre, si vous venez de Saguenay, traversez Saint-Ambroise et continuez tout droit au stop au lieu de tourner vers Alma. Roulez 6 km sur le rang des Chutes puis tournez à droite en suivant les indications. Cent mètres plus loin, juste avant la courbe, vous vous engagerez sur un chemin de terre qui traverse le champ de patates. Suivez les indications jusqu’au sentier.

Les municipalités de Falardeau et de Saint-Ambroise présentent les sentiers sur leurs sites web et on peut avoir une carte du sentier de la chute Gagnon à l’Hôtel de ville de Saint-Ambroise.

« Articles plus anciens