Blogue officiel Tourisme Saguenay-Lac-St-Jean

BlogueLe Saguenay-Lac-Saint-Jean est une région vaste qui dispose d’une offre touristique très variée. Afin de vous aider à planifier vos vacances, l’équipe du blogue des Géants cherchera à vous informer sur les toutes dernières nouveautés, nos bonnes adresses et sur les personnes qui feront de votre prochain séjour chez-nous un succès. Sans compter que vous en apprendrez sur le milieu touristique, son fonctionnement et ses secrets. Une mine d’information provenant d’une équipe d’expérience, voilà ce que nous avons à offrir.

Pourquoi appelle-t-on les gens du Saglac «Bleuets»?

Nous habitons une île: le Saguenay-Lac-Saint-Jean. Une drôle d’île, on doit en convenir. Une étendue d’eau entourée de terre et de montagnes, au beau milieu d’un océan d’épinettes. Un pays dans le pays, qui a tous les attributs de l’insularité.

7

D’où vient ce qualificatif?

On qualifie affectueusement de « Bleuets », ces hommes et ces femmes qui ont le verbe haut et le geste généreux. Voilà déjà un premier trait distinctif puisque cette identification à un produit de la terre est plus qu’inhabituelle. Il y a plusieurs années, alors que j’avais produit un reportage sur la culture des bleuets au Lac-Saint-Jean pour le magazine agricole international de la compagnie d’équipement agricole John Deere, les éditeurs ont été extrêmement intrigués par le fait que les gens d’ici s’identifient à un fruit : le bleuet. « Cela nous semble un cas unique que nous n’avons jamais observé ailleurs, » m’ont-ils souligné en me demandant de développer cet aspect.

1

8

3

De nombreux auteurs, journalistes, historiens, sociologues et autres ont abordé la question de l’identité régionale en superficie ou en profondeur. Pour certains, cette distinction est illusoire, prétentieuse et menaçante. Pour d’autres, elle représente le fondement d’une culture régionale authentique. Dans ce démêlé, l’historienne et polémiste Russel-Aurore Bouchard pose un regard incisif en clamant que les Bleuets perçoivent leur région « […] comme un pays, dans le sens le plus pur du terme ; un pays marqué d’originalité et caractérisé par une manière de vivre qui se distingue positivement de celle de la province et, de manière encore plus significative, de celle du Canada.

En fait, il s’agit plus précisément d’une culture imprégnée d’un certain mysticisme qui s’apparente étrangement à celui des bâtisseurs des grandes cathédrales d’Europe ; d’une culture qui s’est formée dans les contraintes épouvantables d’une géographie capricieuse, hostile et, à maints égards, inhumaine ; d’une culture qui s’est définie sur la base d’une histoire à la fois singulière et puissante. »

6

5

Les Bleuets affichent une différence qui les démarque principalement du reste du Québec, comme le Québec affirme constituer une société distincte en Amérique du Nord. Cette prétention s’exerce sans arrogance, mais avec beaucoup d’insistance. Une de ses manifestations réside peut-être dans le fort sentiment autonomiste exprimé de longue date et partout connu. Depuis que le Saguenay–Lac-Saint-Jean a pris conscience de sa spécificité sociologique, politique, administrative ou culturelle, le débat sur cette question ne cesse d’être alimenté par un déluge d’argumentations et de déclarations qui semble sans fin.

Les Bleuets sont-ils vraiment aussi singuliers qu’ils le disent ?

Ils ont leur territoire bien délimité, leur histoire, leurs héros et un sentiment d’appartenance viscéral. La région a même été la première à posséder un drapeau, en 1938, dix ans avant que le Québec n’adopte le sien. Que faut-il d’autre pour avoir sa propre personnalité collective ?

Facteur premier de différenciation, l’isolement est d’abord une conséquence de la situation géographique de la région, comme l’exprime le géographe Gilles Boileau : « Le Saguenay–Lac-Saint-Jean ne ressemble à aucune autre région québécoise. C’est un coin de terre bien individualisé que la géographie a marqué profondément en l’isolant de la vallée du Saint-Laurent et en le coupant du Québec méridional par des reliefs vigoureux et une puissante forêt. »

Quant au caractère des Bleuets, modelé à la mesure du fjord, du lac et de la forêt sans bornes, il est probablement ce que le public retient le plus d’eux et ce qui ressort essentiellement dans les médias lorsque des personnages du Saguenay–Lac-Saint-Jean apparaissent dans des téléromans ou quand des Bleuets accèdent au vedettariat. Cette exubérance sans modestie dont parlait l’auteur Jean O’Neil est des plus typiques. Une légère tendance à l’exagération, non pas pour mentir, mais pour embellir la morne réalité. Un besoin irrésistible de s’afficher publiquement en tant que Bleuet lorsque l’on vit et travaille hors de la région. Une susceptibilité à fleur de peau quand des critiques sur la région sont émises.

Les Bleuets « à l’étranger » se regroupent aussi en association afin de mieux exercer le « blueberry power » en confrérie. Au fond, un mot traduit favorablement toutes ces bribes de personnalité, c’est fierté !

Unanimement, les observateurs s’entendent sur ce dénominateur commun tel que le déclarait l’ancien Premier ministre du Québec : Lucien Bouchard : « Je dirais que les gens de la région sont d’abord très fiers. Ils sont aussi indépendants, ayant appris à ne compter que sur eux-mêmes. »

4

Un symbole

En plus d’être un symbole identitaire, le bleuet est aussi devenu la marque de prestige de la région, largement utilisée pour sa promotion touristique. En voyant un bleuet, stylisé ou nature, tous savent que l’on parle du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Souvenir boréal

Après une visite au Saguenay–Lac-Saint-Jean, il est normal de vouloir en ramener un petit bout dans sa valise. On ne peut emporter ni le lac ni le fjord, pas plus que la proverbiale affabilité des gens d’ici. Notre territoire boréal se parcourt et se contemple, mais il se cultive et se goûte également : c’est par ses saveurs qu’on en prolongera le plaisir, en emportant avec soi des produits agroalimentaires originaux, qui goûtent comme nulle part ailleurs. De quoi transformer le voyage en chasse au trésor et donner un arôme boréal à ses souvenirs.

On vous en parlait dernièrement, la zone boréale se boit, et possède un savoir-faire enviable en matière de boissons alcoolisées. En microbrasserie, plusieurs boutiques vous attendent où vous pourrez vous procurer des bières de saison, rares et indisponibles dans les points de vente. Ne l’ébruitez pas trop fort si, par exemple, vous parvenez à mettre la main sur une légendaire Tante Tricotante Chardonnay de la Microbrasserie du Lac Saint-Jean – sa rareté, créée par un lent vieillissement en fût de chêne, attise dans la région une grande convoitise.

Chocolaterie des Pères Trappistes

Chocolaterie des Pères Trappistes

CaptureEn saison (au mois d’août), les boîtes de bleuets enrobés de chocolat de la Chocolaterie des Pères Trappistes sont également du genre à déclencher les passions. Cette friandise typique de la zone boréale est fabriquée avec des bleuets sauvages fraîchement cueillis à la main (une récolte à la machine briserait les petits fruits), sur lesquels on coule à chaud une mince couche de chocolat noir. Ce savoir-faire absolument unique a été développé pendant plusieurs dizaines d’années par les Pères Trappistes de Dolbeau-Mistassini. Prévoyez une façon de les ramener au frais! C’est dans la même ville qu’on fabrique les vinaigrettes Épicéa, sous la supervision cette fois des sœurs Augustines. Disponibles à travers toute la région, les vinaigrettes Épicéa se distinguent par leurs aromates et ingrédients boréals. Fraises, menthe et épinette blanche; bleuets et épinette noire; légumes du jardin et pin gris; érable et pin Sylvestre; framboises; canneberges; sapin baumier; poireaux et épinette blanche sont autant d’ingrédients étonnants et locaux qui entrent dans la composition de ces vinaigrettes confectionnées pour une bonne cause. Issus de l’initiative de communautés religieuses soucieuses de tirer profit des ressources de proximité, les produits de la Chocolaterie des Pères Trappistes comme ceux d’Épicéa nous rappellent les liens entre territoire, culture et saveur, tout en racontant une partie de l’histoire de notre région. Tant leur richesse est multiple, leur découverte est véritablement une occasion de poursuivre le voyage.

Délices du Lac-Saint-Jean

Délices du Lac-Saint-Jean

Transformé depuis longtemps par les Pères Trappistes, le bleuet sauvage sert encore aujourd’hui à la confection des confitures, chutneys, beurres, tartinades, gelées, sirops et thés de l’entreprise Délices du Lac-Saint-Jean, située à Albanel, au pays du petit fruit bleu. Dans le but avoué « d’offrir des produits du terroir de qualité supérieure » et de « donner un second souffle à la tradition », les artisans passionnés derrière l’entreprise mettent tout en oeuvre pour conserver les propriétés gustatives et bénéfiques pour la santé du bleuet sauvage. Leurs produits, qui se distinguent aussi grâce à un passage remarqué à la télévision, sont aussi beaux que bons et sont offerts sur le web, dans de nombreux points de vente et directement à l’atelier-boutique.

Écrit le lundi, 31 juillet, 2017 par et déposé dans Saveurs régionales

6 des plus beaux points de vue sur le fjord du Saguenay

Ce n’est plus un secret pour personne, le Saguenay–­Lac-Saint-Jean c’est GÉANT. Non seulement vous serez accueillis en grand par ses citoyens, mais vous serez ébloui par la splendeur et l’immensité des paysages environnants. Les étendues d’eau à perte de vue, les forêts majestueuses et les vues à couper le souffle forgent la fierté de cette région. Afin de ne rien manquer de toute cette splendeur, voici six types de destinations qui vous offrent une vue imprenable sur le fjord.

L’ÉPOUSTOUFLANT

1-l'Époustouflant - l’Anse-de-Tabatière - Parc national du Fjord-du-Saguenay

Situés dans le Parc national du Fjord-du-Saguenay dans le secteur de L’Anse-Saint-Jean, les sentiers de l’Anse-de-Tabatière offrent un point de vue incomparable de la région. Certains le considèrent comme le plus spectaculaire et le plus beau. Ce point de vue panoramique vous offre une vue époustouflante d’est en ouest sur le fjord. Accessibles en voiture et suite à une petite marche d’une quinzaine de minutes dans un sentier, des aménagements vous attendront afin que vous puissiez profiter d’un des plus beaux couchers de soleil ! Quoi de mieux que d’admirer un paysage à couper le souffle en profitant d’un bon pique-nique?

L’HISTORIQUE

2-L'historien - sentiers eucher - La Baie

Les sentiers Eucher de Ville de La Baie offrent une vue imprenable sur le fjord. Situés à environ 30 minutes du centre-ville de Chicoutimi, vous pouvez vous y rendre en voiture ainsi qu’en transport en commun avec le circuit touristique de Ville Saguenay. Ses sentiers pédestres de 4,5 kilomètres de niveau intermédiaire longent le fjord. Gorgés d’histoire, ils vous feront découvrir les vestiges des écorceurs, un incinérateur à écorce ainsi que la Croix du centenaire érigée en 1938.

LE GOURMAND

3-Le Gourmand - sentiers de la Plateforme - Sainte-Rose-du-Nord

Avez-vous envie d’une superbe vue sur le fjord? Les sentiers de la Plateforme situés à Sainte-Rose-du-Nord sont l’endroit idéal pour vous! Pour commencer, rendez vous près du quai pour goûter une sympathique nourriture de style casse-croûte, d’excellents cafés, ainsi que la légendaire crème glacée fourrée à l’érable. Les nombreuses terrasses sur place vous permettont d’apprécier le paysage magnifique tout en dégustant votre repas. Ensuite, à quelques minutes du quai, rue de la Montagne, empruntez le sentier de niveau débutant pour accéder à la plateforme. Spectacle assuré au sommet!

LE FAMILIAL

4-Le Familial - La Vieille Ferme - Saint-Fulgence

En route vers Sainte-Rose-du-Nord, pourquoi ne pas faire un petit arrêt à La Vieille Ferme? Profitez d’un accueil chaleureux, dans un endroit charmant, tout en étant près du majestueux fjord du Saguenay. Aventurez-vous dans le parcours découvertes où vous pourrez faire de l’autocueillette et déguster un délicieux repas composé de produits du terroir dans une serre aménagée!  De plus que vous serez tout près du Parc Aventures Cap Jaseux, alors faites d’une pierre deux coups et partez ensuite à l’aventure en famille!

L’AVENTURIER

5-L'Aventurier - Parc national du fjord - Karine Dassylva

©Karine Dassylva

Situé à environ 1 heure de route de Chicoutimi, le secteur Baie Éternité est un des nombreux parcs au Saguenay–Lac-Saint-Jean qui offre les plus beaux points de vue sur le fjord. L’écosafari d’Organisaction vous offre un forfait « tout-inclus » avec des petits plus qui satisferont le randonneur que vous êtes! Cette randonnée pédestre guidée de 2 jours et 1 nuit prend place sur une section du sentier Les Caps entre L’Anse-Saint-Jean et la baie Éternité. Vous profiterez d’une nuitée en refuge, de repas « découvertes du terroir », d’un transport vers le lieu de départ et d’une vue 360 degrés sur le fjord tout au long de votre parcours. Que demander de plus ?

LE DÉPAYSANT

©Maryse Lamontagne

©Maryse Lamontagne

Situé à 45 minutes de route de Sainte-Rose-du-Nord, profitez d’une courte randonnée dans le parc national du Fjord-du-Saguenay qui vous mènera à la majestueuse baie Sainte-Marguerite. En empruntant le sentier Le Fjord (6 km aller-retour, aussi accessible en vélo), vous pourrez contempler le fjord du Saguenay d’une façon totalement différente. Une longue plage à l’aspect paradisiaque vous y attend. De là, continuez votre chemin et, en 5 minutes, vous arriverez à la Halte du Béluga. Qui sait, peut-être rencontrerez-vous ces mammifères marins au cœur de leur pouponnière renommée!?

*EN BONUS*

L’INCONTOURNABLE

7-L'incoutournable - Quai Petit Saguenay

©Philippe Boivin

Facilement accessible en voiture, le quai de Petit-Saguenay reste un incontournable pour admirer le fjord. À toutes heures du jour, il est facile de vous y rendre pour déguster un pique-nique en admirant la vue grandiose et/ou les majestueux couchers de soleil. Coup de cœur assuré pour l’îlot de roc qui se trouve tout près et qui ajoute au charme indéniable de l’endroit. Profitez-en pour lancer votre ligne à l’eau, on nous dit que la pêche est bonne! (et en eau salée en plus!) 😉

Bonne route!

« Articles plus anciens Articles plus récents »