Blogue officiel Tourisme Saguenay-Lac-St-Jean

BlogueLe Saguenay-Lac-Saint-Jean est une région vaste qui dispose d’une offre touristique très variée. Afin de vous aider à planifier vos vacances, l’équipe du blogue des Géants cherchera à vous informer sur les toutes dernières nouveautés, nos bonnes adresses et sur les personnes qui feront de votre prochain séjour chez-nous un succès. Sans compter que vous en apprendrez sur le milieu touristique, son fonctionnement et ses secrets. Une mine d’information provenant d’une équipe d’expérience, voilà ce que nous avons à offrir.

Expérience à motoneige: Les préparatifs

TourismeSaguenay

La motoneige est incontestablement l’un des piliers du tourisme hivernal au Québec et le Saguenay–Lac-Saint-Jean s’est toujours imposé comme l’une des destinations les plus populaires. Ici comme ailleurs, une expérience à motoneige ne s’improvise pas. Depuis l’apparition du tourisme à motoneige, au début des années 1990, le Lac-Saint-Jean et le Saguenay sont rapidement devenus des incontournables pour plusieurs raisons.

Les deux premières étant la présence de très nombreux adeptes et des plus importants clubs de motoneigistes au Québec l’enneigement abondant et hâtif y a aussi été pour quelque chose. Naturellement, il faut également se rappeler que l’implication de la région lors des trois éditions du Raid Harricana, qui a profité d’un impact médiatique massif, a rapidement propulsé la pratique de la motoneige dans la région sur la scène internationale.

Finalement, deux autres facteurs justifient depuis toujours la présence de tant de touristes à motoneige au Saguenay–Lac-Saint-Jean. La renommée du secteur des Monts-Valin avec son enneigement exceptionnel, ses infrastructures et la longueur de sa saison (22 semaines). Puis, en fin de compte, le circuit autour du Lac-Saint-Jean, qui est l’un des rares circuits en boucle au Québec.

Bien se préparer

J’imagine au départ que si vous vous intéressez aux préparatifs d’un séjour à motoneige, c’est que vous êtes néophytes en la matière et ne possédez pas de motoneige. Il n’y a rien de mal là-dedans. Vous devrez donc faire affaire avec un fournisseur de services pour louer des motoneiges, vous trouver un guide qui éventuellement, vous proposera des circuits clef en main.

P1210197

P1210072

Si vous avez le goût d’essayer le tourisme à motoneige, qui vous permet de plonger corps et âme dans l’hiver du Saguenay–Lac-Saint-Jean, je dirais qu’il vous faut d’abord définir le genre d’aventure que vous souhaitez vivre. Évaluer votre niveau d’expérience et vérifier les équipements qui vous seront indispensables.

Combien de temps?

Si vous n’avez peu ou pas d’antécédents en tant que motoneigiste, je vous recommande tout d’abord d’établir le nombre de jours dont vous disposez. Outre l’initiation conventionnelle, qui nécessite généralement une demi-journée, la véritable expérience touristique devrait minimalement inclure au moins une nuitée et, conséquemment, s’étaler sur deux jours.

P1210064-2

P1110402-2

Pour bien s’imprégner des sensations en sentier, des paysages hivernaux et de la maîtrise de la machine, on devrait plutôt songer à trois jours en piste et deux nuitées. Pour faire le tour d’une région, multiplier les rencontres, profiter de la diversité des hébergements et avoir de temps de « faire du tourisme », j’irais alors pour un véritable voyage à motoneige, d’une durée de 5 jours à une semaine.

Les types d’hébergement

Grands hôtels, auberges, pourvoiries en forêt… Tous les genres d’hébergements sont proposés aux motoneigistes au fil des sentiers régionaux. Les hôtels serviront généralement de points de départ et d’arrivée puisque plus commodes pour les locateurs de motoneiges et fournisseurs de services. Par la suite, il est intéressant et dépaysant de faire escale dans ce qu’on appelle les «auberges de la forêt», les pavillons chaleureux des pourvoiries qui font chasse et pêche en été puis motoneige en hiver, ou les petites auberges pittoresques Confort et excellente bouffe, gastronomique ou traditionnelle, y sont toujours assurés en plus d’une ambiance extraordinaire. Toutes les entreprises d’hébergement offrent des forfaits incluant coucher et repas spécialement pour les motoneigistes.

P1060407-2

P1040651-2

Avec qui faire affaire?

Nombre de fournisseurs de services vous proposeront la location d’une motoneige, des vêtements, un guide et des hébergements sur un circuit dont vous pourrez discuter avec eux. Si vous n’avez pas d’expérience, la dernière chose à faire est de vous louer une motoneige et de partir seul à l’aventure, même avec l’utilisation d’un GPS. N’hésitez pas à avoir recours à l’expertise d’un guide pour assurer votre sécurité et maximiser votre plaisir.

P1040426

Quelle motoneige choisir?

Ne surestimez pas vos capacités. Les motoneiges actuelles sont de véritables petits bolides qui vous surprendront : extrêmement fiables au plan mécanique : beaucoup plus silencieuses qu’autrefois : dépourvues d’émanations nauséabondes. Les motoneiges sont maintenant des petites voitures pleines d’électronique qui se conduisent aisément, mais qui ne font pas de miracles dans une courbe glacée, lors d’un arrêt brusque ou sur un terrain difficile. À moins que vous ne vous preniez pour Jacques Villeneuve, une 600 cc vous fera vivre amplement d’émotions fortes. Vous aurez aussi probablement à choisir entre un modèle Touring, pour deux passagers, ou plus sport, pour une seule personne.

P1020254

En piste ou hors-piste?

La plupart des entreprises vous proposeront une excursion en sentier d’un point A à un point B. D’autres vous parleront de « hors-piste », la tendance largement à la mode aujourd’hui. Le « hors-piste » peut prendre plusieurs formes : balade en vieilles motoneiges dans des pistes bosselées tracées par l’aubergiste autour de ses installations : randonnée hors du circuit officiel surfacé par les clubs de motoneigistes, sur des pistes non entretenues ou entretenues de façon sommaire par des propriétaires privés : ou bien, il peut s’agir d’expériences en poudreuse très excitante, mais loin d’être évidentes pour des débutants. Dans ce dernier cas, il faut chevaucher des motoneiges conçues spécifiquement pour cet usage.

Comment s’habiller?

Normalement, les locateurs ou fournisseurs de services vous habilleront des pieds à la tête. Casque, manteau, pantalon, mitaines et bottes constituent l’essentiel de l’attirail. Comme les casques en location sont souvent des casques ouverts (sans mentonnière), on doit absolument porter une un balaclava (cagoule) et/ou un cache-col que vous pourrez vous remonter sur le nez. Jamais de foulard! Les lunettes vous joueront toujours des tours en s’embuant. Les lunettes de ski peuvent s’avérer pratiques si la forme du casque le permet. Le port de sous-gants dans les mitaines et de sous-bas fait aussi une différence. À cela, on peut ajouter des sachets chauffants de type « hot shot ». La position avant sur la motoneige est rarement froide en raison des poignées chauffantes et du moteur, mais l’arrière peut devenir frigorifique.

P1000889

Portez des sous-vêtements de fibre synthétique, chandail ou t-shirt synthétique et un manteau compressible ou un polar sous l’habit de neige. Quant aux bagages, pensez à des sacs mous plutôt que des valises rigides ainsi qu’à des élastiques pour les accrocher au porte-bagage. Le sac à dos est de plus en plus porté, mais pas pour les bagages.

Quelques conseils de sécurité :

  • circuler sur les sentiers balisés et éviter les plans d’eau, l’état de la glace à certains endroits peut représenter un risque important pour les personnes qui s’aventurent hors des sentiers;
  • éviter de partir seul en randonnée et toujours avertir un proche de l’itinéraire prévu;
  • circuler prudemment particulièrement à la croisée d’un chemin public ;
  • garder la droite en tout temps;
  • respecter la signalisation;
  • ajuster la vitesse de votre randonnée en fonction des conditions des sentiers.

Rappel de la réglementation :

  • La circulation en motoneige est interdite sur les chemins publics sauf en cas d’exception, notamment aux endroits prévus par une signalisation;
  • La limite de vitesse maximale est de 70 km/h;
  • Les motoneigistes sont soumis aux mêmes lois que les automobilistes en ce qui concerne la capacité de conduite affaiblie par la drogue, l’alcool ou une combinaison des deux.

Informations :
Tourisme Saguenay-Lac-Saint-Jean / Paradis de la motoneige
Fédération des clubs de motoneigistes du Québec

Écrit le jeudi, 18 janvier, 2018 par et déposé dans Activités, Motoneige, Non classé

Mototourisme : Circuit GÉANT

Route 381 – crédit photo Tourisme Charlevoix, Bertrand Lemeunier

Route 381 – crédit photo Tourisme Charlevoix, Bertrand Lemeunier

Qu’on la nomme Petit parc ou Parc de la Galette, la route 381 apporte son lot de wow! à tous les motocyclistes qui la parcourent. Paysages à couper le souffle, arrêts incontournables, endroits pour casser la croûte et attraits historiques : ses 114 kilomètres ont tout pour plaire!

Amorcez votre balade à la jonction des routes 170 et 381 à Saguenay dans le secteur de Ville de la Baie. Avant de partir, pourquoi ne pas en profiter pour savourer un délicieux déjeuner original au Bistro Café Summum ? Ensuite, puisque vous serez déjà dans le Village portuaire, vous pourrez vous dégourdir les jambes avant de remonter sur votre moto ! Vous pourrez même assister aux escales de plusieurs croisières internationales, toutes plus impressionnantes les unes que les autres.

Queen Mary 2 - crédit photo : Marili Boucher

Queen Mary 2 – crédit photo : Marili Boucher

Alors maintenant, en route!

La route 381 est sinueuse et la qualité du chemin n’a pas son pareil. Près de 40 minutes après le début de l’escapade, vous pourrez vous arrêter chez Stivy Relais-Resto-Bar pour faire le plein d’essence et de produits régionaux, en vue de faire un pique-nique. Tout près, vous pourrez également vous arrêter à la halte routière de Ferland-et-Boilleau pour découvrir le magnifique pont couvert qui enjambe la rivière des Ha! Ha!, de même qu’un espace gazonné où vous pourriez avoir envie d’y étendre une couverture. À moins que les grands rochers plats directement sur la rivière vous interpellent davantage…

Pont Couvert du Lac Ha! Ha!

Pont Couvert du Lac Ha! Ha!

Poursuivez votre balade en bordure de la rivière des Ha! Ha! et traversez ensuite le lac du même nom pour vous enfoncer dans la forêt, en longeant le Parc national des Grands-Jardins. Vous serez sans mot devant l’immensité du paysage et les imposants caps de roches. Dans ce secteur très montagneux, il n’est pas rare d’y apercevoir de la neige dès la mi-octobre (sur les sommets et non sur la route, n’ayez crainte!).

Tout au long du parcours, vous serez agréablement surpris par les nombreux endroits où de larges accotements vous permettront de vous arrêter facilement. Ainsi, vous pourrez profiter des points de vue à votre guise, pique-niquer et peut-être même faire une saucette dans une des nombreuses rivières. (Bien que ça risque d’être frisquet à ce temps-ci de l’année!)

Route 381 – crédit photo Tourisme Charlevoix, Bertrand Lemeunier

Route 381 – crédit photo Tourisme Charlevoix, Bertrand Lemeunier

Historiquement intéressant

D’un point de vue historique, il est fascinant d’apercevoir les vestiges encore apparents du feu de forêt dans le parc national des Grands Jardins causé par la foudre en 1999. En quelques jours, 35 kilomètres2 de forêt − 11 % de la superficie totale − sont partis en fumée, laissant un panorama hors du commun qui saisit à tout coup, même après plus de 20 ans!

On longe ensuite longe la rive ouest de la rivière du Gouffre sur quelques kilomètres puis on arrive finalement dans le charmant village de Saint-Urbain où vous pourrez trouver plusieurs arrêts gourmands de la Route des Saveurs. Le périple se termine quelques kilomètres plus loin à la jonction de la route 138. De là, à vous de décider quels nouveaux horizons vous avez envie de découvrir!

Bref, que vous l’empruntiez dans un sens ou dans l’autre, la route 381 demeure un incontournable pour tous les motocyclistes qui ont envie d’une balade différente et impressionnante!

 

Camping de luxe

Un camping de luxe dans un chalet en bois rond avec une bonne bouffe bio, locale et facile à préparer? J’embarque! Direction Saint-Fulgence pour le Cap Jaseux avec un arrêt à la Vieille Ferme.

Vieille-Ferme-2©Karyne_Gagne

À la Vieille Ferme, Carmen et Eva nous accueillent chaleureusement et nous font visiter leur terre. Le petit crachin qui nous tombe sur la tête de nous empêche pas d’apprécier les lieux. Les écriteaux guident notre parcours et nous explique ce qu’on y voit et le travail de la ferme. Plusieurs arbres fruitiers, champs de courges, moutons, poules heureuses et cochon grassouillet font notre bonheur, particulièrement celui de mes enfants, car ils peuvent les toucher et les nourrir.

Vieille-Ferme-1©Karyne_Gagne

Vieille-Ferme-6©Karyne_Gagne

Vieille-Ferme-10©Karyne_Gagne

Pour le dîner, nous savourons notre panier gourmand préparé ici dans la « Serre » à manger. Notre décor: des plants de tomates, de poivrons et de fèves avec une poule pour remplacer le chien au pied de la table. Expérience authentique et conscientisante. Ces gens travaillent si fort,  la passion les anime. Tous les produits (bio bien sûr) y sont transformés, valorisés et mis en marché. On repart le ventre plein et les papilles heureuses avec de délicieux plats prêts à manger pour notre souper. Je suis tellement heureuse de cette découverte. J’ai même promis à ma grande d’y revenir cet hiver pour assister à la naissance des bébés agneaux.

Notre festin picnic dans la "serre à manger": Saumon fumé, charcuterie, potage et pizza maison.

Notre pique-nique dans la « serre à manger »: Saumon fumé, charcuterie, potage et pizza maison.

Carmen, propriétaire des lieux.

Carmen, propriétaire des lieux.

Repas prêt à manger, suffit de réchauffer!

Repas prêt à manger, suffit de réchauffer!

Pour notre après-midi, nous avions réservé le parcours Jeunes Explorateurs au Cap Jaseux. «Maman, mes bas sont tous mouillés» me dit Marie-Andrée. Je n’avais pas pensé à ça moi d’apporter des bottes de pluie ou une deuxième paire d’espadrilles. L’improvisation du jour est sous le thème « Maman trouve toujours une solution ». Idée géniale de Martin d’avoir toujours des petits sacs d’épicerie en plastique dans la voiture, je les prends pour les mettre par-dessus ses nouveaux bas secs et remettre ses espadrilles mouillées. J’ai décidément remporté la manche d’impro. Ouf, catastrophe évitée, on peut maintenant profiter de notre activité. On en profite amplement et on accompagne nos enfants dans le parcours. Les enfants l’ont même fait  3 fois! Le guide nous avait bien avertis que les enfants ne se tannaient pas facilement. À présent, ils ont hâte d’atteindre le 1 m 80 pour accéder au parcours régulier de Fjord en Arbres.

Cap-Jaseux-8©Karyne_Gagne

Cap-Jaseux-7©Karyne_Gagne

Cap-Jaseux-11©Karyne_Gagne

C’est avec reconnaissance que nous apprécions notre arrivée au chalet pour nous reposer et nous réchauffer auprès du feu. Nous réchauffons notre repas et le dégustons avec appétit: Navarin et souris d’agneau, riz, baguette de pain et une délicieuse galette avoine et chocolat. Miam! Merci Carmen pour ces délices! On termine cette magnifique journée avec des jeux de société avec les enfants près du feu et un beau dodo bien collé avec ma petite dernière dans notre sac de couchage.

Le lendemain matin, avant le retour à la maison, nous faisons un petit arrêt à l’Économusée de la laine – Les Chevriers du Nord. Une autre gang de passionnés qui passent du produit brut jusqu’au produit désigné et tricoté. Leur matière première, la laine mérinos, est tondue à même leur troupeau de chèvres. Nettoyée; séchée; cardée; filée, toutes les étapes sont là, selon les règles de l’art. C’est un regard neuf que je porte à présent sur les articles de la boutique. Je connais maintenant leur vraie valeur et les gens qui ont rendu tout cela possible.

Chevriers-du-Nord-7©Karyne_Gagne

Chevriers-du-Nord-2©Karyne_Gagne

Chevriers-du-Nord-3©Karyne_Gagne

Chevriers-du-Nord-5©Karyne_Gagne

« Articles plus anciens