Blogue officiel Tourisme Saguenay-Lac-St-Jean

BlogueLe Saguenay-Lac-Saint-Jean est une région vaste qui dispose d’une offre touristique très variée. Afin de vous aider à planifier vos vacances, l’équipe du blogue des Géants cherchera à vous informer sur les toutes dernières nouveautés, nos bonnes adresses et sur les personnes qui feront de votre prochain séjour chez-nous un succès. Sans compter que vous en apprendrez sur le milieu touristique, son fonctionnement et ses secrets. Une mine d’information provenant d’une équipe d’expérience, voilà ce que nous avons à offrir.

Lac Saint-Jean : la plage à son meilleur

Quand le soleil brille sur le lac Saint-Jean et que la chaleur pèse de toute son humidité, les vacanciers recherchent unanimement la proximité de l’eau, le sable fin et la baignade rafraîchissante. Le lac Saint-Jean est réputé pour la qualité de ses plages, mais quelles sont les plus belles ? Les plus accessibles ? Les plus familiales ? Les plus festives ?

Plusieurs plages jeannoises sont extrêmement bien connues et continuent d’être les vedettes des jours de canicule. D’autres seront peut-être d’agréables découvertes que vous conseillerez à vos amis. Chose intéressante, la grande majorité des plages proposent le camping ou l’hébergement. Ce qui permet carrément de s’y installer pour les vacances. Faisons le tour !

Vauvert-sur-le-lac

Vauvert

Vauvert devient la destination à retenir pour les estivants qui recherchent la plage où planter leur parasol, bronzer du matin au soir et jouir de tous les services. On dit « Vauvert-sur-le-Lac » et on voit un peu partout l’appellation « Vauvert-sur-mer ». Ce n’est pas juste la tendance bien connue des Jeannois à « augmenter » la réalité qui explique cette dualité. Lorsqu’on s’allonge sur la superbe plage du complexe touristique ou sur un bout de sable totalement isolé des 8 km de plage de cette longue pointe qui s’étire de l’estuaire de la rivière Péribonka à celui de la rivière Mistassini, on peut vraiment croire qu’on est au bord de la mer. D’autant qu’on distingue à peine l’autre rive du lac.

Vauvert-sur-le-lac-Saint-Jean est reconnu comme l’un des plus beaux sites et une plage exceptionnelle au nord du lac Saint-Jean, sur le territoire de la municipalité de Dolbeau-Mistassini.
L’endroit possède de très agréables chalets perchés au-dessus de la dune, devant le lac Saint-Jean. On y trouve aussi un bâtiment stylisé qui abrite un excellent restaurant et une terrasse conviviale. Le camping peut difficilement décevoir. Ouvert en 2011, il a été conçu de façon à procurer à chacun un maximum de place sur des sites bien délimités par une végétation généreuse.

Camping Belley

Belley

La plage du Camping Belley accueille des milliers de personnes durant les belles fins de semaine d’été et le camping subit l’assaut des foules qui souhaitent y trouver un nid.
Ici, comme à peu près partout autour du lac Saint-Jean, l’eau est chaude et il faut s’avancer vraiment loin au large avant de ne plus « avoir ses fonds » comme on dit ici. Quand on pénètre dans l’eau, sur un fond sablonneux digne des Caraïbes, on s’étonne du fait qu’au lieu de s’approfondir, le fond remonte et qu’il faille s’éloigner beaucoup pour se retrouver en eau plus profonde. C’est aussi ce qui explique le réchauffement rapide de l’eau du Piékouagami (le lac plat).
Dans ce grand camping, les petits VR et les tentes peuvent trouver une place directement sur la plage. Et, pour les enfants, le bateau de corsaire où ils s’amusent, l’immensité du rivage sablonneux et le peu de profondeur en font un terrain de jeu formidable.

Parc national de la Pointe-Taillon

Pointe-Taillon

Par une chaude journée de juillet, la longue, très longue, plage de sable rougeâtre du parc de la Pointe-Taillon est couverte de baigneurs, grands et petits, qui s’abandonnent corps et âme au soleil brûlant et à la vague caressante. La plage constitue l’attrait principal du parc. Sur cette grande pointe sablonneuse longue d’une quinzaine de kilomètres et large de 3 à 6 km, on peut se confondre dans la foule et profiter des services à proximité et des activités proposées, dont le vélo. Il est également facile de s’isoler et de trouver un bout de plage juste pour soi, tout près duquel on peut même monter sa tente.
Depuis quelques années, la formule « prêt à camper » en tente Uttopia y remporte un succès foudroyant. Frais d’accès au parc. La Véloroute longe la plage.

Camping Blanchet

Plage Blanchet

À la limite des territoires de Desbiens et Chambord, le camping Blanchet se présente comme l’un des plus beaux de la région, ce à quoi il faudrait aussi ajouter qu’il s’agit de l’un des plus populaires et, chose certaine, des plus audacieux. Outre ses emplacements espacés et boisés ou bien qui s’alignent sous le soleil près du lac, on reste vraiment subjugués par sa plage exceptionnelle et par la série le palapas qui nous donne l’impression de se retrouver carrément dans les Antilles. Faut le faire ! Il ne manque que l’odeur de l’huile bronzante au coconut ! Frais d’accès à la plage pour les visiteurs.

Camping Robertson

Robertson

Tout au bout du territoire riverain de la communauté innue de Mashteuiatsh, le Camping Robertson s’étire sur un des plus agréables segments de plage de la région. On y rencontre plein de petites familles. Des enfants qui ne tardent pas à se faire des amis et qui ne se fatiguent pas de jouer dans l’eau, sous le regard amusé de leurs parents qui se rassemblent en soirée pour le spectacle quotidien du coucher de soleil.

Centre récréotouristique le Rigolet / Métabetchouan

Rigolet

Coup de foudre assuré… Cette plage, longue et large, est l’endroit idéal où venir passer la journée en famille ou entre amis, pour pique-niquer, faire un feu de camp sur la plage en soirée ou tout simplement pour faire une saucette rapide. C’est gratuit. La plage est surveillée par des sauveteurs. Il y a des cabines de déshabillage et des toilettes. Des jeux et des tables. L’endroit s’est beaucoup amélioré depuis quelques années avec l’ajout d’une superbe terrasse et, en complément du casse-croûte, un comptoir de jus frais et de repas légers.

Saint-Prime

St-Prime

Si on n’y porte pas attention, on risque de traverser le village de Saint-Prime sans s’arrêter ailleurs qu’au seul feu de circulation du village. Ce qui serait bien dommage, surtout pour les familles, puisque, en tournant vers le lac, à ce même feu, on va découvrir une des plus belles plages publiques du Lac. C’est gratuit et la plage est surveillée par des sauveteurs.

La Dam-en-Terre

DAM-en-terre

Les gens d’Alma sont chanceux d’avoir à deux pas de la ville un endroit comme le complexe touristique Dam en Terre qui leur assure un accès privilégié au lac Saint-Jean, la plage, la marina, la Véloroute et un camping parmi les plus beaux et les plus populaires de la région. Ils sont des centaines à se précipiter vers la Dam-en-Terre dès que le soleil se pointe le bout du nez et à faire de sa plage l’une des plus animées autour du lac.

Deux mots sur le lac Saint-Jean

D’une superficie de 1 053 km² (43,8 km de longueur et 24 km de largeur), le lac Saint-Jean est le cinquième plus grand au Québec. De forme ovale, il fait 210 km de berges et contient plus de cinq milliards de mètres cubes d’eau à son niveau le plus élevé. Tout autour, vingt et une rivières s’y jettent dont les plus importantes dans l’ordre, la Péribonka, l’Ashuapmushuan, la Mistassini et la Mistassibi, déversent à elles seules 75 % de la totalité des apports en eau.

Incursion dans la pouponnière du Zoo sauvage de Saint-Félicien!

Une pouponnière accessible à tous

1

Saviez-vous que depuis un peu plus d’un an, le Zoo sauvage de Saint-Félicien vous ouvre les portes de sa toute nouvelle pouponnière animale? En plus d’avoir la chance de côtoyer de près les bébés animaux dans ce bâtiment neuf, vous pouvez aussi voir et vous informer sur les soins qui leur sont prodigués à la clinique vétérinaire.

L’idée de base est de mettre à l’avant-scène ce qui se passe à l’arrière-scène pour faire vivre une expérience complète au visiteur. Il est donc possible pour vous d’assister à cette prise en charge des animaux qui se fait dans le but de les réhabiliter, et ce, même si leur mère n’a pu prendre soin d’eux pour différentes raisons.

Pour vous donner un portrait juste, voici quelques animaux qui se trouvent présentement dans la pouponnière : un bébé bison, un agneau, des écureuils roux, quelques lièvres, des canards, une marmotte ainsi qu’un vison. Mais ce n’est pas tout, en plus de tous ces animaux si adorables, d’autres animaux peuvent s’ajoutent au fil des semaines puisque la pouponnière accueille aussi des animaux orphelins de l’extérieur.

2

Une technicienne animale est sur place pour répondre aux questions.

D’ailleurs, vous verrez sur chacun des enclos, la raison de leur séjour à la pouponnière, leur nom, d’où ils arrivent et le temps estimés avant qu’ils puissent retourner dans leurs habitats respectifs. Une technicienne animale est aussi sur place pour répondre aux questions de tous, ce qui ajoute considérablement à l’expérience.

Finalement, prenez note que l’hiver, la pouponnière devient l’habitat de prédilection pour tous les animaux qui ne peuvent rester à l’extérieur, comme par exemple, les oiseaux migrateurs. Bien qu’elle ne soit pas accessible au public lors de cette saison, sachez qu’elle est tout de même utilisée à son plein potentiel tout au long de l’année. C’est ce qu’on appelle un Win-Win!

Baby-boom au Zoo

3

Il faut aussi savoir que de nombreuses familles d’animaux du zoo agrandissent la marmaille tout au long de l’année! C’est d’ailleurs le cas des bisons, des bœufs musqués, des wapitis, des cerfs de Virginie, des mouflons d’Amérique, des cougars, des dindonneaux, des castors, des porcs-épics, des chameaux, des yanghirs et j’en passe! Ça en fait des petits nouveaux à venir admirer avec votre propre marmaille dans les sentiers de cet environnement sauvage.

Et ça, c’est sans oublier la grande famille de macaque japonais qui vient d’accueillir 2 petits nouveaux dans leurs clans en plus des 2 adolescents qui sont arrivés en 2015! Ce n’est pas l’action qui manque dans cet habitat où ça bouge constamment!

Fait intéressant, saviez-vous qu’à part l’homme, le macaque est l’espèce de primate qui s’adapte le mieux aux conditions nordiques de la Boréalie?

Alors voilà, bonne visite! Collectez de précieux souvenirs avec vos proches et essayez de ne pas trop flancher devant cette avalanche de cuteness! (bien qu’on ne puisse rien vous garantir!)

Un lac, une fée et des fantômes

Caverne Trou de la fée-WEB-4

La semaine dernière, une petite excursion de deux jours nous a amenés à explorer une partie du Lac Saint-Jean: Desbiens et Val-Jalbert. L’été s’était enfin bien installé (c’était un peu trop long à mon goût cette année) avec le soleil et toute la petite famille était très enthousiaste à l’idée d’aller visiter Parc caverne du Trou de la fée. François, mon petit explorateur, espérait bien y trouver un trésor.

Caverne Trou de la fée-WEB-2

En partant le matin, j’étais loin de me douter que je manquerais de temps pour tout voir ce merveilleux site. Bien sûr qu’il y a le sentier pour se rendre à la caverne. Une fois sur place, un guide nous aide à y accéder et nous raconte l’histoire du Trou de la Fée. On y fait même le test de la noirceur totale, noir comme dans « tu  ne vois pas ta main en face de toi ».

Caverne Trou de la fée-WEB-3

Mais le site compte en fait un total de neuf sentiers. Nous en avons fait cinq, ceux qui sont recommandés pour le parcours touristique.

Caverne Trou de la fée-WEB-6

Caverne Trou de la fée-WEB-5

« La coulée verte » c’est le nom d’un des sentiers qui ressemble à la jungle amazonienne. Je vous le jure, une forêt amazonienne avec sa mousse, ses petites cascades et son vert dense.  J’avais l’impression d’être au Costa Rica. La majorité des sentiers ont conservé  leur côté naturel, nous faisant gambader de rocher en rocher. Beaucoup plus agréable ainsi à mon avis.

Caverne Trou de la fée-WEB-8

Après notre merveilleuse après-midi, j’étais bien déçu de devoir quitter les lieux. J’aurais aimé avoir le temps de profiter de la tyrolienne et explorer les plus longs sentiers pour randonneurs avertis. Le parcours principal de l’ancien barrage est aussi accessible le soir et tout un système d’éclairage y est installé afin d’admirer la chute en soirée.

Cette journée s’est terminée à un endroit ou vous devez dormir au moins une fois dans votre vie: Le Village Historique de Val-Jalbert. De nature assez rêveuse, je n’ai eu aucun problème à me laisser emporter par les lieux, complètement déconnectée du reste du monde. J’ai été dépaysée! On a l’impression qu’une bulle temporelle nous englobe, nous permettant de vivre le passé comme nulle part ailleurs. Complètement autonome par son hébergement, son restaurant et son transport. Et il y a la chute de jour, mais aussi la chute de nuit, wow! Moi et Marie-Andrée y serions restés des heures et des heures à l’admirer. Une fois de plus, j’ai dû essuyer des larmes en partant. « Mais Maman, jamais je ne reverrai la chute avec toutes ses lumières » Décidément, je manque de temps partout où je vais. Alors, ne soyez pas surpris si je vous dis encore une fois que j’ai manqué de temps pour tout faire à Val-Jalbert. J’aurais repris le petit train mille et une fois juste pour le plaisir de circuler comme bon me semble. Géocaching, ballade guidée en train, village animé, téléphérique, sentier, spectacle immersif, de quoi s’occuper toute une journée.

Chute Val Jalbert nuit-WEB-1

« Et puis les enfants, avez-vous vu des fantômes cette nuit? » Le silence s’est installé et ils m’ont regardée, les yeux grands ouverts d’inquiétude, se demandant bien pourquoi je leur demandais ça. Intérieurement, je me félicitais d’avoir omis cette information la veille au soir. Dormir dans un village fantôme, ça peut donner la frousse!

Val Jalbert-hebergement-WEB-8

« Articles plus anciens Articles plus récents »